Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 17
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


L’AIEUL de et par JR CAUSSIMON (1918 /1985

Le 21 janvier 2011 à  08:57
Rubriques : Voix de toujours

« La poésie de Caussimon n'est pas dans les mots, mais loin derrière, dans le sentiment, peut-être dans quelque chose de pas fini,une brume matinale qui va bientôt se lever comme un ideau sur le spectacle lassant de la journée à recommencer..." Léo Ferré


 "Le Théâtre est mon amour et Chanson ma tendresse..." disait Jean-Roge Caussimon. Comédien à Bordeaux dés les années 30, il mène de pair ce qu'il appelle sa double vie, la chanson. Il sera en tour de chant au Lapin Agile dés 1946, donc bien avant bien des chasseurs de paroles et de musiques qui prétendent avoir tout inventé.( www.espritsnomades.com)

 



Suite de l'article...

Lectures : 4429    Commentaires : 22     Partager



Et vive le FOX TROT, avec RUDY WIEDOEFT !!!

Le 20 janvier 2011 à  05:49
Rubriques : MUSIQUE & DANSE Années 20

Danse de société, d'origine nord-américaine (apparue vers 1912), de rythme binaire (mesure à 2 ou à 4 temps), de tempo rapide, avec pas marchés fortement accentués et pas de fantaisie précipités, pivotés ou croisés. Fox-trot signifie littéralement : pas du renard. Cette danse fut fort en vogue en France après la Première Guerre mondiale. Satie en a apprécié le mouvement dans Intermezzi américains. Auric (Adieu à New York) fut l'un des tout premiers à transposer en musique dite sérieuse le rythme du fox-trot. Une variété de fox-trot, de tempo plus lent, s'appelle le slow-fox ou slow : c'est une danse à pas glissés, d'origine nord-américaine elle aussi, et sur un rythme binaire à 4 temps. Les musiciens de jazz improvisent souvent sur des thèmes célèbres de fox-trots ou de slows, tels que Tea for

source : www.universalis.fr



Suite de l'article...

Lectures : 4248    Commentaires : 13     Partager





LES MILICES de et par Jean-Roger CAUSIMON (1918 /1985)

Le 20 janvier 2011 à  08:38
Rubriques : Voix de toujours

« le marin de notre éternelle jeunesse ».Ainsi parle de lui Léo Ferré  qui ajoute : « toujours libre, comme un oiseau sans patrie, sans nid, éternel migrateur, farouche (…)  Quand on dit Caussimon, on dit le verbe juste, la césure incassable, et la rime comme un rappel de l'aventure et de l'idée première.(…) Il est toujours là, réédité, réimprimé, et je suis là aussi, pour lui, le regardant dévider sa pelote de chansonnier maudit. Je suis maudit aussi ».

 Nous avons re-découvert cette chanson, « Les Milices », (1975). Paroles : Jean-Roger Caussimon. Musique :Eric Robrecht. Je l’ai déjà mise fin 2009. Elle est toujours d’actualité…



Suite de l'article...

Lectures : 3508    Commentaires : 12     Partager



NANTES (NAONED) du 18ème à aujourd’hui.

Le 19 janvier 2011 à  05:36
Rubriques : Mots-miroirs

La visite se termine. Nous arrivons au 18ème siècle : la Ville a été profondément marquée par la  traite négrière et commémore, depuis quelques années, le 10 mai, Journée nationale des mémoires des traites négrières, de l'esclavage et de leurs abolitions.


Pour être en phase avec ce rendez-vous que la France a avec son Histoire, et pour réconcilier la République avec sa mémoire et ses "oubliés", un collectif spontané "Marche des esclaves" a organisé le 09 mai 2006 une marche silencieuse "en tenue d'esclave" dans les rues de Nantes, où se sont déroulées quelques scènes évocatrices de la traite négrière et de l'esclavage. A la suite de cet événement inédit, un film a été réalisé. (…)Chaque année le collectif travaille sur un thème en rapport avec cette page de  l’Histoire avec le  concours de la  Ville de Nantes et de l’Opéra de Nantes.Un film produit par l'association Passerelle noire est réalisé en partenariat avec Cinécréatis à Nantes (extraits sur youtube).Mais je ne vous ai mis que le court préambule.
 

Cette commémoration prend de plus en plus d’ampleur. Nous en reparlerons en mai.





Suite de l'article...

Lectures : 5576    Commentaires : 14     Partager



Pause gourmande NANTAISE...

Le 19 janvier 2011 à  05:59
Rubriques : Mots-miroirs

Le P’tit LU

On le connaît, on le reconnaît, ce petit carré dentelé et croustillant  couleur de blé mur. On l’aime sous toutes ses formes qu'elles soient arrondies ou "carrées". Il est si doux au palais… si...goûteux...Mais qu’elle est son histoire ?

Il a vu le jour dans une pâtisserie nantaise familiale. Aujourd'hui, c'est un succès industriel à l'échelle mondiale. Retour sur le fabuleux destin du véritable Petit Beurre.

(Merci à Patamo pour sa vidéo pleine d'humour !)



Suite de l'article...

Lectures : 2603    Commentaires : 10     Partager



NANTES, du peuple Namnète à la Nantes Médiévale - II

Le 18 janvier 2011 à  05:21
Rubriques : Mots-miroirs

-        Nantes à travers l'histoire
La ville a été constituée par les gaulois du peuple Namnète, puis conquise par les romains en 56 avant JC.

Portus Namnetum devient la ville principale du peuple Namnète, tandis que Ratiatum, qui deviendra Rezé, ville des Pictons, autre peuple gaulois, est probablement de la même importance.

Subissant de nombreuses invasions, la ville va se fortifier dès le IIIe siècle, en même temps qu'elle va se christianiser : Saint-Clair de Nantes fut le premier évêque de la ville, à la fin du IIIe siècle.



Suite de l'article...

Lectures : 3636    Commentaires : 20     Partager



NANTES, VILLE VERTE, la Ville aux magnolias et camélias.

Le 18 janvier 2011 à  05:34
Rubriques : Mots-miroirs

Une petite pause, une respiration avant de continuer sur Nantes à travers l’histoire.

Ouvrez vos quinquets : on y parle et on y voit l’Ile de Versailles. C’est mon quartier ! Elle est située au bas de  ma rue, sur l’Erdre. Je traverse régulièrement ce vaisseau de verdure, ce bijou de calme et de paix, style japonais. Bien qu’ancrée en pleine ville, reliée aux rives par des passerelles, les bruits urbains ne l’atteignent pas.  Je reviendrai sur elle, en détails,plus tard. Je l’ai photographiée sur toutes les coutures, avec gourmandise et amour.



Suite de l'article...

Lectures : 3368    Commentaires : 13     Partager



Bienvenue à NANTES (NAONED en breton, et NAUNNT en gallo), ma ville ! (1)

Le 17 janvier 2011 à  01:31
Rubriques : Mots-miroirs

Blason, armoiries et devise...
De gueules au navire équipé d'or, habillé d'hermines, c'est-à-dire aux voiles d'argent semées d'hermines de sable, voguant sur une mer de sinople, au chef d'argent chargé de cinq mouchetures (alias au chef d'hermines). L'écu timbré d'une couronne comtale et entouré d'une cordelière.

A l'époque moderne ont été ajoutées la Croix de Guerre et la Croix de Compagnon de la Libération. Les couleurs traditionnelles de la Ville sont : noir et blanc.

" Favet Neptunus eunti "

" Favet Neptunus eunti " est la devise de la Ville. On la traduit couramment par " Neptune favorise ceux qui voyagent " mais l'on trouve aussi la traduction "Neptune sourit à ceux qui osent".-

www.nantes.fr ›



Suite de l'article...

Lectures : 4920    Commentaires : 21     Partager



CIEL EN MOUVEMENT

Le 17 janvier 2011 à  06:32
Rubriques : Mots-miroirs

Détente et tranquillité.

L'internaute  « vidéaste » ( FuriusBacos) précise : « Vidéo accélérée faite à partir de 7000 photos du ciel. La rotation de la terre donne l'impression que le ciel bouge »

 

Félicitations pour son travail original, intéressant et poétique. A suivre...



Suite de l'article...

Lectures : 1897    Commentaires : 12     Partager



Rendez-vous « GARE DE LYON » avec BARBARA

Le 16 janvier 2011 à  05:36
Rubriques : Voix de toujours

Où on découvre une Barbara un peu énigmatique, avec un sourire enjôleur et un rien d’espièglerie dans le regard… Une femme solaire, « pas la prêtresse gothique d’un temple voué à quelque culte morbide… (www.barbara.com.free.fr/ -) Une femme amoureuse tout simplement et très primesautière.

On sait qu’elle est née Monique Andrée Serf, dite Barbara (9 juin 1930 /24 novembre 1997.) Sa poésie lyrique, la beauté mélodique de ses compositions, et la profondeur de l’émotion que dégageait sa voix lui assurèrent un public qui la suivit pendant quarante ans.(wikipédia)

On sait que son père était juif alsacien et qu’elle vécut l’inceste. Début comme choriste dans l'opérette 'Violettes impériales' avec Marcel Merkès. 1950,Bruxelles où elle ouvre un petit cabaret-théâtre. Retour à Paris, se produit à 'l' Ecluse' en reprenant le répertoire des plus grands, tel Brassens, et obtient le grand prix du Disque en 1960. Désormais reconnue, elle compose et écrit elle-même son propre répertoire



Suite de l'article...

Lectures : 3853    Commentaires : 17     Partager




Page 187 de 240

187


© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES