Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 18
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Une histoire d’Amour chez Monsieur PAPILLOT !

Le 19 décembre 2015 à  02:44
Rubriques : Mots-miroirs

 

Le Chocolatier VOISIN en est aujourd'hui l'ambassadeur le plus célèbre.
Visite au coeur de la plus importante chocolaterie artisanale de France.
Vidéo réalisée par Anne RAULOT-LAPOINTE
production audiovisuelle réalisée par http://www.reporterpersonnel.com

 

 

Pa-pil-lot-tes. Une histoire d’amour. Une galante invention. Oui, oui.

Pa-pil-lot-tes. La Reine des gourmandise  aux fêtes de fin d’année avec sa robe de papier brillant aux extrémités frangées sous laquelle se dissimule une devinette, un rébus ou un dessin. Je l’ai découverte en Rhône-Alpes en 1976.

© the@

 

Cette friandise, nous dit  Mr, Mme ou Melle  Wikipédia, est originaire de la région lyonnaise, et se consomme donc principalement pendant les fêtes de Noël.

La légende veut que les papillotes soient nées à Lyon (dans le quartier des Terreaux) à la fin du XVIIIe siècle, quand le jeune commis d'un confiseur eut l'idée, pour charmer sa belle qui travaillait à l'étage au-dessus, d'envoyer ses petits mots d'amour enveloppés autour d'une confiserie.



Illustration : compo perso détenteur de copyright inscrit :

Tous droits réservés


Suite de l'article...

Lectures : 1220    Commentaires : 9     Partager



LE CHŒUR de L’OURAL chante « Le sorbier de l'Oural »(avec paroles)

Le 17 décembre 2015 à  06:59
Rubriques : CHANSONS POPULAIRES

Les voix russes sont belles. Amples, généreuses, elles ont la faculté de nous transporter dans les plaines et montagnes, les steppes et les toundras qui les ont vues naître. Ici ce sont celles des ouvrières d'une usine dont le coeur s'interroge.

 

Le Sorbier de Russie, feuilles vertes, dentelées, découpées. Bouquets printaniers de fleurs blanches suivis de gros fruits rougeâtres comestibles et ornithologiques. Spectaculaire coloris automnal rouge foncé. Port pyramidal, très évasé

 

 

Symboles /mythes/légendes :
Le Sorbier est l'arbre de vie ou "donneur" de vie. Familièrement on l'appelait " le sorcier". Les baies du Sorbier des oiseleurs étaient la nourriture des dieux. C'est un talisman contre la foudre et, par extension, contre les sortilèges. 
Il est magique pour les Celtes et les Germains. www.arfe.fr/mythes/mythes_arbres_europe.htm

 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

crédit photos : 1 Borodino-Concerts — Travail personnel (Eigenes Photo) GNU Free Documentation License./2ugraland de Moscow, Russia Creative Commons paternité 2.0 générique


Suite de l'article...

Lectures : 4063    Commentaires : 9     Partager





Fous de LIBERTE, nos amis LES CHEVAUX

Le 15 décembre 2015 à  03:19
Rubriques : Mots-miroirs

 

Ils rêvent de Liberté

Ils vivent en Liberté

Ils s’enivrent de Liberté

Leurs naseaux flairent le vent

Leurs regards suivent  l’appel des nuages

Leurs galops s’impriment sur les rivages

Les sources jaillissent sous leurs sabots
Au Bois Sacré des Muses qui éveillent les mots*

Ce sont des dieux
Majestueux

 

Et ils nous offrent en retour

Ce petit-bonheur-du-jour

Festonné de paysages

De signets et de marque-pages

Pour disperser le brouillard

D’hiver qui embrume le regard

© Thea

 

* Hippocrène(cf dico des symboles)

 

© thea

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

photo en fond d’illustration: Le Bois Sacré de  Paul Sérusier (1864-1927)

Tableau dans le domaine public ©


Suite de l'article...

Lectures : 806    Commentaires : 9     Partager



JAMIE ADKINS, clown & poète lunaire

Le 13 décembre 2015 à  04:21
Rubriques : ENTRACTE

Un gros nez rouge ? Non !

Du maquillage ? Non !

De grandes chaussures ? Non !

Mime ? Oui !

Funambule ? Oui !

Jongleur ? Oui !

Acrobate ? Oui !

Magicien ? Oui !

Danseur ? Oui !

P O È T E ? O U I !

Avec une face lunaire, un peu interloqué, Jamie Adkins est un cirque à lui tout seul ! Il sait tout faire.

Il a peur des mots

 

C’est  un clown qui ne ressemble à aucun autre. C’est pourquoi son spectacle s’intitule : "Circus Incognitus". Il est terrorisé à l’idée de parler en public alors, quand il prend le micro, ce ne sont pas des mots qui sortent de sa bouche, mais des balles de ping pong. Cinq à la fois qu’il avale et recrache avec grâce.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxx.htm Tous droits réservés

Crédit photos : lesgrosbecs.qc.ca/ tvtaranto.it/ photoseb59.com/ lebateaufeu.com/ andmarkonmainstreet.org/



Suite de l'article...

Lectures : 673    Commentaires : 3     Partager



MYSTERE & BOULES DE… VERRE

Le 11 décembre 2015 à  05:31
Rubriques : VERRIERS & BIJOUTIERS

Par ici la  visite guidée !

Une boule qui défie le temps. Des éclats de la pierre à ceux du verre, de la frappe au souffle, d’un outil fondamental aux rituels de Noël, Silex, le nouvelle boule de Noël du CIAV induit une collision inédite entre la fraîcheur des grottes et la chaleur de nos salons. Cet hiver nous serons tous des Homo Sapi(e)ns.

 

La légende

La légende raconte que chaque année, les sapins de Noël étaient décorés principalement avec des fruits. Mais en 1858, une importante sécheresse priva les Vosges du Nord de fruits, ce qui rendit impossible la décoration des sapins. Heureusement, un souffleur de verre de Goetzenbrück, un petit village de Moselle situé à proximité de Meisenthal, eut la brillante idée de souffler quelques boules en verre pour pallier aux difficultés imposées par le climat. La tradition est ainsi née et traversa depuis plusieurs cultures. La verrerie de Goetzenbrück, connue pour sa production de verre optique, se mit à produire des boules décoratives depuis cette année, à raison d’environ 250 000 par an, et ce jusqu’en 1964.
Depuis 1998, le CIAV de Meisenthal a repris le flambeau et perpétue la tradition.

 

Meisenthal : la boule de Noël 2015 est arrivée - France 3 ...

france3-regions.francetvinfo.fr/.../meisenthal-la-boule-de-noel-2015-est-

 

On peut lire ici l’histoire du verre dans les Vosges :

 http://www.cnap.fr/les-d%C3%A9corations-de-no%C3%ABl-en-verre-de-meisenthal

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxx.htm .Tous droits réservés

Crédit photos : tourisme-paysdebitche.fr/ sevresciteceramique.fr / cnap.fr/ rance3-regions.francetvinfo.fr/

 



Suite de l'article...

Lectures : 757    Commentaires : 8     Partager



Allez, embarquons tous sur le MOR BRAZ !

Le 9 décembre 2015 à  03:01
Rubriques : CHANTS DE MARINS

Chansons de pirates 17ème et 18ème siècle

morbraz.kazeo.com/

 

Je cite :

 

« Mor Braz : c'est le nom de notre navire. Il signifie "océan", en langue bretonne.

 

Après moult conquêtes,
les écumeurs des mers du Mor Braz débarquent pour partager leur butin.

De leur coffre au trésor,
ils sortent chansons et mélodies ramenées de leurs voyages, 
des Iles du Nord à la Péninsule Ibérique, entre terres et mers.

Embarquez pour l'Aventure avec l'équipage du Mor Braz ! »

 

Le capitaine : Rohan

Chant, accordéon, mandole, ukulélé, percussions. Marinier devenu pirate. Des fleuves et des canaux d’Europe à la Bretagne. Accompagné de sa mandole et de sa voix, il collecte et compose de nombreuses chansons au gré des rencontres. Richesse d’un répertoire original :concert solo (Légend’eaux) formations (Carynx, les Deux Gabiers etc.)D’aventure en aventure il devient capitaine à bord du Mor Braz !

Le bosco : Vincent.

Chant, bombarde, clarinette, veuze, percussions.

Début dans la Royale, comme sonneur au bagad de Lann-Bihoué. Des eaux de la musique populaire traditionnelle aux  « musiques du monde » il découvre l'univers des fêtes médiévales,  historiques et festivals celtiques et embarque parallèlement à b ord du Mor Braz comme bosco !

Le mousse : Victor

Guitare électrique saturée, mandole

Victor est le plus jeune pirate de la bande, mais il n'est pas trop mal traité pour un mousse. Normal, c'est le fils du capitaine ! En pleine découverte de la vie de forban !

Extraits du site : © morbraz.kazeo.com/

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : Tous droits réservés

crédit photos :morbraz.kazeo.com/‎youtube.com/ he picture shows the Tall Ship Christian Radich under sail. Ulflarsen 11:34, 19 May 2005(domaine public)

thierry-charpentier.over-blog.com

 



Suite de l'article...

Lectures : 807    Commentaires : 27     Partager



LA DANSE, Y’A QU’ÇA !

Le 7 décembre 2015 à  04:52
Rubriques : ENTRACTE


Souplesse et performance : une belle détente dynamique et rétro conçue et mise en ligne par un internaute, semble-t-il. Je n'en sais pas plus.


Si vous aimez la musique et la danse, vous allez être épatés par ce montage basé sur des films populaires et une des chansons les plus diffusées en 2015 !

 

Nerd Fest UK a réalisé un clip de « Uptown Funk » de Mark Ronson et Bruno Mars à partir de 66 scènes de vieux films parfaitement synchronisées.

Le réalisateur dit n’avoir utilisé uniquement des extraits de films d’avant 1953. Un résultat surprenant qui colle parfaitement à la chanson…

 

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxx.htm. Tous droits réservés

Crédit photos : theredlist.com/pinterest.com/

 



Suite de l'article...

Lectures : 727    Commentaires : 7     Partager



Et du SON naissent les VIBRATIONS (ici, Ernst CHLADNI)

Le 4 décembre 2015 à  04:59
Rubriques : SCIENCE

Ernst Florens Friedrich Chladni, physicien allemand, né le 30 novembre 1756 à Wittemberg, mort le 3 avril 1827 à Breslau,

Il voyagea toute sa vie. Chladni est le fondateur de l'acoustique moderne. Il étudiait expérimentalement les vibrations des plaques, en les saupoudrant de sable fin, obtenant ainsi les figures acoustiques qui portent son nom. Il fit plusieurs découvertes intéressantes, inventa un nouvel instrument de musique, l'euphone ou clavicylindre, un instrument dérivé de l'harmonica de verre de Benjamin Franklin. Il publia en 1802 un Traité d'acoustique, en allemand, traduit en français, 1809. On lui doit aussi des Dissertations sur les météores et les aérolithes (Vienne,1819).

C'est le premier savant qui émet par écrit l'idée que les météorites sont originaires du système solaire, et sont attirées par le champ de gravitation terrestre ; que les frottements de l'atmosphère, qu'elles traversent à grande vitesse dans leur chute, les échaufferaient et les rendraient lumineuses.

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxx.htm. Tous droits réservés

Crédit photos : -unite.ning.com- .wikipedia.org/ - vimeo.com/



Suite de l'article...

Lectures : 836    Commentaires : 5     Partager



CALAMITY JANE : à la conquête de l’Ouest Américain !

Le 2 décembre 2015 à  04:31
Rubriques : FIGURES LEGENDAIRES

Sur une musique d’Ennio Morricone

 

Née à Princeton, Missouri le 01 juin 1852
Décédée à Terry, Dakota du Sud le 01 août 1903

 

Il y a très peu de biographies sérieuses de Calamity Jane ; elles sont toutes en anglais, sans qu'existe de traduction française. Celle que je mets ici  (très brève) l’est donc sous toute réserve…

 

Elle jurait, buvait et tirait comme un homme. Chapeau de cow-boy vissé sur la tête, fusil à la main et santiags aux pieds, elle attirait le respect de ceux qui /la rencontraient. C'était une légende de l'Ouest américain... Elle s'appelait Calamity Jane. Fille du Sud, la jeune Martha Jane Canary part à la chasse avec les hommes, mais à 16 ans, elle se retrouve orpheline. Après deux années d'errance, elle rejoint le général Custer en qualité de scout. Là, elle fait la campagne d'Arizona contre les Indiens. Au cours d'une bataille, elle ramène sain et sauf le général au camp, qui la baptise illico Calamity Jane. Les années qui suivent, elle effectue des missions, souvent risquées : elle traverse un fleuve à la nage, s'introduit dans la tribu indienne des Black Hills, convoie du bétail de la Californie au Wyoming, sillonne l'Oregon, ou pourchasse l'assassin de son cher ami Wild Bill. En 1885, en ayant assez de rouler sa bosse, Calamity se marie, tient un hôtel dans le Colorado et devient mère. Après le départ de son époux, loin de se laisser démonter, elle travaille pour le Palace Museum de Minneapolis et participe à des spectacles vantant l'Ouest américain, alors très en vogue. Sa vie est déjà une légende, on commence à en faire des pièces de théâtre. Affaiblie par une maladie, elle meurt à l'âge de 51 ans. Depuis, son grand corps repose aux côtés de Wild Bill, au cimetière de Deadwood, l'une de ses dernières volontés.

 

source EVENE

 

Calamity Jane apparaît dans le film Lucky Luke (2009) de James Huth.

Le nom de Calamity Jane est mentionné par sa mère dans le film Les Dalton (2004) de Phillipe Haim

Calamity Jane écrivit beaucoup de lettres à sa fille. Je ne me souviens pas si elle les envoya toutes ou si on les retrouva après sa mort.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservés

Crédit photos : librelivre.net 



Suite de l'article...

Lectures : 837    Commentaires : 12     Partager



VIVE le CIRQUE des Années 30/31 !

Le 30 novembre 2015 à  05:34
Rubriques : ENTRACTE

 

Vidéo cirque 1930/1931

 Histoire du cirque :

La conception occidentale du cirque s’inspire d’une façon ou d'une autre des jeux antiques romains ainsi que des bateleurs et troubadours du Moyen Âge. La première représentation d’un cirque moderne date du 9 janvier 1768 et a été présentée par Philip Astley à Londres : spectacles équestres égayés par des bateleurs. Le mariage du monde équestre militaire et du monde forain autour du cercle est établi. Cette nouvelle forme de spectacle fut ensuite introduite en France par Astley en 1774, puis reprise par Antonio Franconi et ses descendants. C'est seulement au XIXe siècle lors des vagues de colonisation que furent introduits en France et en Allemagne les premiers animaux sauvages.

Au XIXe siècle, le cirque équestre s'est développé dans les cirques stables construits dans différentes villes de France, à Paris puis en province. La famille Franconi fonda successivement, à Paris, trois théâtres de cirque portant le nom de « Cirque Olympique »

 

En 1856, Théodore Rancy fonda son premier cirque (chapiteau ambulant) à Rouen, puis construisit les suivants en dur : à Genève (1875), Lyon (1882), Le Havre (1887), Boulogne-sur-Mer (1888), Amiens (1889), Rouen (1893), etc

 

Le dernier cirque stable à ouvrir ses portes dans la capitale française fut le Cirque Métropole (1906-1930) connu sous l'enseigne de Cirque de Paris, lequel mit souvent des dompteurs en vedette.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxx;htm. Tous droits réservés

Photos : lusile17.centerblog.net/ etlepetitoastquivavec.com/



Suite de l'article...

Lectures : 833    Commentaires : 11     Partager




Page 38 de 237

38


© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES