Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 2
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


BREL : « C’était au temps où Bruxelles bruxellait »(1962)


Le 4 février 2011 à 08:29

Rubriques : Voix de toujours


Cette chanson me trotte dans la tête depuis ce matin…J’ai l’esprit Belle-Epoque ! Voui, voui...

Belle Epoque. Cinéma muet. C'est la mode des moustaches et des barbes pour les hommes qui se doivent d'avoir un pli parfait : pour ce faire ils dorment avec un... fixe-moustache !!  Les femmes, quant à elles, se doivent d'avoir une silhouette en S grâce à un corset ou une guêpière visant à faire ressortir la poitrine et d'accentuer la cambrure. Les éventails sont en vogue.

C'est l'apparition des premiers manteaux de fourrure, l'apogée du haut-de-forme,  des manches gigot et des chapeaux volumineux pour les femmes….


C’était avant la suppression du corset  féminin par Paul Poiret, avant l’avènement du complet veston pour les hommes, avant  les années folles…

Je mets cette chanson pour le fun.

 







Jacques Brel
"BRUXELLES"
1962



C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps où Bruxelles bruxellait


Place de Broukère on voyait des vitrines
Avec des hommes des femmes en crinoline
Place de Broukère on voyait l'omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le coeur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il était militaire
Elle était fonctionnaire
Il pensait pas elle pensait rien
Et on voudrait que je sois malin


C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps où Bruxelles bruxellait

Sur les pavés de la place Sainte-Catherine
Dansaient les hommes les femmes en crinoline
Sur les pavés dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le coeur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il avait su y faire
Elle l'avait laissé faire
Ils l'avaient donc fait tous les deux
Et on voudrait que je sois sérieux


C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles dansait
C'était au temps où Bruxelles bruxellait

Sous les lampions de la place Sainte-Justine
Chantaient les hommes les femmes en crinoline
Sous les lampions dansaient les omnibus
Avec des femmes des messieurs en gibus
Et sur l'impériale
Le coeur dans les étoiles
Il y avait mon grand-père
Il y avait ma grand-mère
Il attendait la guerre
Elle attendait mon père
Ils étaient gais comme le canal
Et on voudrait que j'aie le moral


C'était au temps où Bruxelles rêvait
C'était au temps du cinéma muet
C'était au temps où Bruxelles chantait
C'était au temps où Bruxelles bruxellait

 




Thea dit :
Quel plaisir de revoir Jacques Brel en 1963, grand garçon déguingandé et énergique qui , en qq mots et qq gestes, sans bling bling, met en scène une histoire d'autrefois avec humour et vitalité!


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
Mteur, on tourne ! On "voit" sans peine le décor, les personnages, on les imagine sur "l'impériale de l'omnibus", on se fait son ciné. C'est délicieux et désuet.


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
Bonne après-midi à toutes et tous ! Coeurs à la romance et coeurs en chansons...


posté il y a 472 semaine


Fleurchampetre dit :
Un Brel jeune,plein de vitalité dans une chanson vivante...Comme c'est agréable,Thea Merci de ne pas laisser mourir complètement ces morts chers à nos coeurs.Dommage,nos jeunes ignorent Brel et autres


posté il y a 472 semaine


Dany_21 dit :
merci théa pour notre inoubliable jacques brel!!! j'aime les vêments de notre époque on se prend moins la tête mais l'élégance de la belle époque!!!pas la même


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
Fleur, toutes les générations peuvent connaître Brel. il y en a encore, grâce à leurs parents. J'ai mis cette vidéo car elle est en live et je trouve Brel d'un tel dynamisme, même si un peu mal à


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
l'aise dans son grand corps longiligne dont il sut jouer ensuite.Il n'en est que plus émouvant. Surtout ne pas oublier cet artiste. Bonne soirée à toi.


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
Dany, en effet, l 'élégance de la belle Epoque a bel et bien existé. On vivait autrement mais j'aime les vêtements actuels. Ici, Brel dépeint très bien cette société-là en qq mots, avec malice.


posté il y a 472 semaine


Tamias dit :
...


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
on "bruxellise" avec plaisir, Tamias ! Damain ce sera peut-être un autre air qui me viendra. J'écpoute mon intuition.


posté il y a 472 semaine


Felix48 dit :
Ce fut l'un des plus grands chanteurs francophones....merci Théa...


posté il y a 472 semaine


Thea dit :
Je l'ai toujours bcp apprécié, Félix, et je me souviens de ses débuts, on l'appelait "l'abbé Brel" -il n'avait pas montré sa vraie personnalité.


posté il y a 472 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES