Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 10
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 2

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


En amont du film "DESSINE-TOI" de Gilles PORTE (2)


Le 22 mars 2011 à 01:27

Rubriques : ENTRACTE


Gilles Porte, né le 11 mai 1965 à Lyon, « enfant à risques, inconscient et téméraire » est un réalisateur, scénariste, directeur de la photographie et photographe français.

En 2003, il co-réalise avec Yolande Moreau son premier long métrage Quand la mer monte..., pour lequel ils reçoivent en 2005 le César du meilleur premier film et le prix Louis-Delluc comme meilleur premier film.

Rappel : Le film « Dessine-moi » constitue l’ultime étape d’une démarche entamée par hasard en 2005, dans une école maternelle du 18e arrondissement de Paris où sa fille Syrine (alors âgée de 3 ans) venait d’entrer. Fasciné par les autoportraits d’enfants servant à repérer leurs portemanteaux, il leur demande de se dessiner au crayon blanc sur du papier noir sans savoir où ça va le mener

Il filme les enfants à la manière de Clouzot

Comme expliqué dans l’article précédent, Gilles Porte a passé 6 ans de sa vie à arpenter le monde pour planter inlassablement son objectif devant des milliers de jeunes enfants dessinant leur autoportrait. Leur donnant pour seule consigne : « Dessine-toi comme tu veux en prenant le temps que tu désires. » Un projet mené avec obstination, et dont la dernière étape est un long métrage – sorti mercredi 26 janvier 2011 en salles – intitulé Dessine-toi.

Du Bénin au Sri Lanka, de la Colombie à la Moldavie, des enfants de moins de 6 ans se dessinent au feutre noir sur une vitre transparente. Il les filme à la manière de Clouzot dans Le Mystère Picasso, scrutant de sa caméra immobile leurs regards, leurs mimiques, leurs efforts de concentration ou leurs hésitations, tandis qu’ils font surgir les lignes cassées, les courbes et les ronds empilés qui les représentent.







L’enfance occupe l’écran, avec ses émotions, ses élans de créativité, sans aucun adulte, ni voix off. On n’y entend que le crissement du feutre noir sur les vitres, scandé par la musique du clarinettiste Louis Sclavis, le son d’une contrebasse ou le rythme d’une batterie. « Je suis très bavard, dit-il, mais je fais des films sans paroles. » C’est cette phrase de Picasso qui lui a ouvert une boîte de Pandore. « J’ai mis toute ma vie à savoir dessiner comme un enfant. »

Les Africains se dessinent tout petits dans un coin pour économiser le papier

Se laissant porter par ses intuitions, ses émotions, il entreprend de parcourir le monde, distribuant papiers noirs et crayons blancs, au Kenya avec Médecins sans frontières à des enfants massaïs et dans un bidonville de Nairobi, en Égypte lors d’un tournage, dans les orphelinats de Moldavie avec Clowns sans frontières. Chez les Aborigènes d’Australie, les Inuits du Canada… Il prend les enfants en photo, les expose en diptyques, à côté de leur dessin, sur les grilles de l’école maternelle, dans les rues et sur les places, « toujours à leur hauteur ».

En France et sur les cinq continents. Il publie un livre Portraits/Autoportraits (aux Éditions du Seuil), réalise plus de 80 vidéos, diffusées sur Arte pour le 20e anniversaire des droits de l’enfant, soutenu par l’Unicef, puis par l’Unesco. Il récolte plus de 4 000 autoportraits d’enfants, des centaines d’heures de rushs, qu’il monte patiemment avec Catherine Schwartz « sans qui le film n’existerait pas », dit-il.


« Ce qui m’a intéressé, c’est la diversité de ces dessins qui ne se ressemblent pas, comme des flocons de neige. » Mais il s’est toujours refusé à les commenter. « Je ne m’en sens pas la légitimité. » Il se hasarde juste à quelques constats.


Les petits Palestiniens se dessinent encerclés (il a fallu traverser sept check-points pour rejoindre leur camp). Les Japonais se mettent souvent une couronne. Les Africains se dessinent tout petits dans un coin pour économiser le papier… Il s’interroge aussi sur le « formatage ». « Je n’ai jamais vu d’enfants de 3 à 6 ans me dire : je ne sais pas dessiner. À partir de 7 ans, un enfant sur trois le soutient. Et quand il dessine sept doigts à une main, il se fait disputer. »

(…)

«Il est allé récemment dans des camps roms, où d’autres enfants se sont représentés. Librement. Il n’oublie pas non plus Samuel, le petit Colombien de 3 ans, qui a disparu du champ de sa caméra pour continuer à se dessiner sur le carrelage de la terrasse.

Il avoue aussi avoir son « chouchou ». Leonardo, l’adorable bambin italien qui se dessine à la fin du film. « Sa mère était réticente au départ, raconte-t-il. “Il est trop jeune et hyperactif, il va casser la vitre” », disait-elle. Il a des cicatrices sur le visage, dessine des empilements de ronds avec un large sourire, fait tomber plusieurs fois son stylo, s’en met plein les doigts, finit par le casser, mais continue à sourire. « C’est celui qui me ressemble le plus. Je serais curieux de savoir ce qu’il va devenir… »

 Le groupe Bayard qui édite La Croix a été partenaire de la démarche Portraits/Autoportraits de Gilles Porte.


Christine LEGRAND

 

www.la-croix.com/article/

 






Thea dit :
et voici - enfin !- l'article, enfin des extraits car très copieux, que je voulais mettre à propos du réalisateur et de son travail pendant 6 ans, 33 pays et 5 continents. Photo 1) Gilles Porte


posté il y a 462 semaine


Thea dit :
le"téméraire" comme il se qualifie lui-même! Et il continue son hors-piste. « Pour un certain type de cinéma qui ne correspond pas aux lois du marché, il est évident que s’il n’existait pas quelques


posté il y a 462 semaine


Thea dit :
téméraires pour engager une caméra sur des chemins de traverse, tout un pan de notre cinématographie n’existerait pas. " Voilà, ns sommes fixés !N'ayant pas d'autres vidéos de" Dessine-toi"je vous


posté il y a 462 semaine


Tamias dit :
beau portrait des enfants....mais si je peux me permette la musique aurai pu être plus gaie, malgré que elle est splendide...c'est la musique de il était une fois dans l'ouest ! ! !


posté il y a 462 semaine


Thea dit :
offre en partage des "sourires d'enfants" de tous les pays. C'est radieux et rafraîchissant !Bonne soirée mes amis et visiteurs.


posté il y a 462 semaine


Thea dit :
ben oui Tamias, mais je n'ai pas eu le choix et les autres vidéos d'enfants étaient plus ou moins bien faites. Mais j'aime les mômes et je mettrai des vidéos plus "gaies", patience!


posté il y a 462 semaine


Thea dit :
et pas moyen de trouver la musique du film, jouée par un clarinettiste dont je vais certainement parler un peu


posté il y a 462 semaine


Dany_21 dit :
magnifique musique,comme ces sourires d'enfants!!! nous devrions nous "garder notre âme d'enfants"


posté il y a 461 semaine


Diptyque dit :
Heureusement que nous avons encore les sourires d'enfants pour croire qu'un autre monde existe, merci Théa


posté il y a 461 semaine


Thea dit :
Gille Porte a, sur cette photo, un visage très juvénile derrière sa vitre. Lui, l'hyper-actif, commence à prendre le temps de...dit aussi l'article que je n'ai pas mis entièrement, grâce à sa fille.


posté il y a 461 semaine


Thea dit :
mais dany, il ne dépend que de nous, en fait, de "garder notre âme d'enfant".Elle est toujours là, seulement on la recouvre de tant de bruits, qu'on l'enfouit et qu'on l'oublie aussi.Hélass !


posté il y a 461 semaine


Thea dit :
oui Diptyque, il y a eu les sourires des nôtres, ceux de leurs enfant et ceux de tous les enfants que nous croisons; on se raccroche à ces sourires-là ,ds cette vie qui assasine Mozart ts les jours.


posté il y a 461 semaine


Thea dit :
Je dédie cette vidéo à mes petits-enfants et à tous les mômes qui auront l'occasion de la regarder !


posté il y a 461 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES