Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 20
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 5

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


EDWARD HOPPER (1882/1967) peintre de la solitude et du désert urbain


Le 19 mai 2011 à 05:21

Rubriques : Peintres


peintre du désir muet et de la belle lumière.

"Edward Hopper (22 juillet 1882 - 15 mai 1967) est un peintre et graveur américain, qui exerça essentiellement son art à New York, où il avait son atelier. Il est considéré comme l’un des représentants du naturalisme ou de la scène américaine, parce qu’il peignait la vie quotidienne des classes moyennes. Au début de sa carrière, il représenta des scènes parisiennes avant de se consacrer aux paysages américains et de devenir un témoin attentif des mutations sociales aux États-Unis. Il produisit beaucoup d’huiles sur toile, mais travailla également sur des affiches, des gravures en eau-forte et des aquarelles. Une grande partie de l’œuvre de Hopper exprime la nostalgie d’une Amérique passée, ainsi que le conflit entre nature et monde moderne. Ses personnages sont le plus souvent esseulés et mélancoliques.(...)

(extrait wikipédia)







Issu d'une famille de marchands de l'état de New York, Edward Hopper est convaincu dès l'âge de 17 ans qu'il sera artiste, au grand dam de ses parents. Elève d'un des pères du réalisme américain, Robert Henri, il dira de ce dernier qu'il 'est le professeur qui l'a le plus influencé.' Comme la majorité des jeunes artistes de son époque, Edward Hopper rêve de visiter la France. Avec l'aide de ses parents, il arrive à Paris en 1906 et voyage à Amsterdam, Berlin, Bruxelles et Londres. Il s'installe en 1910 à Greenwich Village ; Hopper, malgré son amour du voyage, ne remettra jamais les pieds en Europe. Sa première exposition solo, en 1920 au Whitney Studio Club, est un échec. Sa seconde, une victoire. Toutes ses toiles sont vendues. Ses peintures combinent au premier abord des qualités incompatibles : modernes quant à leur sévérité et leur simplicité, l'on y retrouve malgré tout la nostalgie de l'ancienne Amérique puritaine. Sa toile la plus célèbre est incontestablement 'Nighthawks' : une rue vide, la nuit. Notre regard est porté à l'intérieur d'un bar. Trois personnages y sont attablés. Il ne semble y avoir aucune interaction entre eux. Ils incarnent en quelque sorte l'isolation et la solitude du désert urbain. Edward Hopper est sans conteste le plus illustre des peintres américains de l'entre-deux-guerres.

evene

 (…) Edward Hopper aimait aller au cinéma et le septième art exerça une certaine influence sur son œuvre. La peinture de Hopper possède en outre un « caractère éminemment photographique. » Les vues en hauteur (Bureau dans une petite ville, 1953), en plongée (Village américain, 1912 ; La Ville, 1927) ou en contre-plongée (Maison au bord de la voie ferrée, 1925 ; Deux Comédiens, 1965) en témoignent, de même que les cadrages, les effets d’éclairage et la mise en scène de ses tableaux.(wikipédia




Thea dit :
J'ai découvert ce peintre américain en 1991.J'ai aimé sa façon de métarmophoser le réel et de rendre la vie américaine urbaine. Les êtres sont seuls, même regroupés, même en couple. Les rues et les


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
routes interminables et vides.Le désert. Photos :1) E. Hopper-2) Eté 1943-3)Soir bleu- 4) Automat 1927 - 5)campagne 6)'Nighthawks'.Les toiles d’Edward Hopper ont été une source d’inspiration pour les


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
cinéastes : Alfred Hitchcock a utilisé La maison près de la voie ferrée (1925) comme modèle pour la demeure de Psychose (1960).La scène du tableau Fenêtres la nuit (1928) évoque fortement le film Fenêtre sur cour (1954).


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
J'aurais aimé mettre un article plus conséquent car le parcours de cet artiste est très riche mais l'interface du blog, une fois de +, me limite. Dommage !Merci à vous tous qui passez par ici;


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
rectif : le tableau en photo 3: Soir bleu, date de 1914. La présence silencieuse de ce clown blanc, au restau, parmi les convives, est particulièrement forte. Elle dit l'isolement


posté il y a 458 semaine


Ninalily dit :
Je ne connaissais pas,tres interessant,Thea.la Vie au quotidient ,des scenes de rues,j'aime...Belle journée....


posté il y a 458 semaine


Giorgino dit :
merci Théa...et en prime une belle musique...


posté il y a 458 semaine


Sarayu dit :
Bonjour Thea j ai adoré ce retour dans le passé ,je pensais Aggie Mack ,Peyton Place ,Happy days ,j ai vraiment passé un bon moment j ai moins vu la mélancolie,peut être parce que je ne voulais pas


posté il y a 458 semaine


Sarayu dit :
Merci de ce beau partage ,Bonne journée hier je suis tombée en rade sur les tableaux d Alfredo Rodriguez ! c est vraiment super le net !


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
Nina, je trouve intéressante l'oeuvre de ce peintre moderne et très urbain, mais avec des tableaux sur la "campagne" américaine telle que décrite ds les films.Bonne jrnée à toi


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
GG il y a bcp de vidéos de ce peintre, et j'ai choisi celle où je trouvais que la musique correspondait à la fois à sa façon de peindre et à la fois aux époques des tabeaux.A son tempérament,un peu.


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
Sarayu, merci de ton commentaire. La mélancolie, on la sent quand on feuillette les albums qui lui sont consacrés, comme ce fut mon cas en 91.Car tu t'attardes sur les scènes qui sont peintes.


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
et comme je n'ai pu mettre davantage de photos,-ce que je déplore toujours ici!!-c'est + difficile de palper cette mélancolie des êtres tous très seuls finalement ds cet urbanisme moderne


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
c'est vrai que ça nous plonge dans une certaine Amérique de livres et de films, assez puritaine où l'être humain est comme perdu.Alfredo Rodriguez ? je ne connais pas, vais chercher cela.


posté il y a 458 semaine


Thea dit :
une amie internaute vient de me parler de ce peintre, de cette déshumanisation de l'Amérique qui transpqaraît dans ses oeuvres. Humanité sans âme, froide, rectiligne.Personnages grillagés ds leur


posté il y a 457 semaine


Thea dit :
solitude et ds le béton,épinglés dedans, ajouterais-je. L'interface du blog est telle que je ne puis intégrer mon avis personnel, mon ressenti à propos d'oeuvres quelles qu'elles soient:déconnexion!!


posté il y a 457 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES