Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 5
Les nouveaux membres : 6
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Au revoir M. RAOUL RUIZ (1941/2011), cinéaste, esprit encyclopédique, homme érudit


Le 20 aout 2011 à 12:43

Rubriques : ENTRACTE


Le Figaro.fr 20 08 2011

«  Il avait à la fois l'imagination somptueusement baroque et ludique du monde latino-américain qui l'avait vu naître (le 25 juillet 1941 au Chili), et un esprit encyclopédique d'une vaste érudition, qui s'intéressait aussi bien à la science qu'à la philosophie et à la littérature. Sa curiosité intellectuelle était infinie, tout comme sa passion de vivre. Cela faisait de lui une figure à la fois marginale, hors norme, à l'écart de la culture mainstream, en même temps qu'un virtuose reconnu, un des maîtres du cinéma de notre époque».

sur EVENE :

Féru de poésie, de littérature et de cinéma depuis sa plus tendre enfance, Raoul Ruiz suit des études de droit et de théologie, et se consacre à l'écriture d'une dizaine de pièces de théâtre. Avec son premier long métrage, 'Très tristes tigres', il remporte le Léopard d'or à Locarno en 1969. Conseiller cinématographique d'Allende, le militant socialiste se voit contraint de quitter le Chili à la suite du coup d'Etat de Pinochet pour s'installer à Paris. Il tourne alors en 1974 'Dialogue d'exilés', et enchaîne avec 'La Vocation suspendue' en 1977, et 'L' Hypothèse du tableau volé' l'année suivante. Les années 80 font place à davantage de légèreté avec des récits d'aventure comme 'Les Trois Couronnes du matelot', 'La Ville des pirates' et 'L' Oeil qui ment'. La notoriété est pour de bon au rendez-vous avec 'Trois vies et une seule mort', avec Marcello Mastroianni, film présenté en compétition à Cannes en 1996







Raoul Ruiz confirme sa réputation de cinéaste audacieux en 1999, lorsqu'il adapte 'Le Temps retrouvé' de Proust, mais recherche aussi davantage de confort comme le prouve son association avec le producteur Paulo Branco. Il fait tourner les plus grands acteurs français, tels Michel Piccoli et Catherine Deneuve dans 'Généalogies d'un crime' ou Isabelle Huppert dans 'La Comédie de l'innocence'. Celui qui a su adapter une multitude d'auteurs (tel que Balzac pour 'La Maison Nucingen' en 2008), aborde en 2006 un nouveau défi : porter à l'écran la vie de Gustav Klimt, le célèbre peintre autrichien interprété par John Malkovitch. 'Les Mystères de Lisbonne' en 2010 constitue une oeuvre-fleuve ambitieuse : le film dure plus de 4h. Alors qu'il est en préparation de deux films (' The Ground Beneath Her Feet' et 'Love and Virtue'), le cinéaste s'éteint à son domicile de Paris, le 19 août 2011.

 Evene

 vidéo : extrait de La Ville des pirates, drame/fantastique.

 Date de sortie : 22 février 1984

  • Réalisé par : Raoul Ruiz
  • Distributeur : GERICK DISTRIBUTION
  • Synopsis :Une île déserte, battue par les vents, une semaine avant la fin de la guerre. Trois personnes : un enfant qui s'est enfui de chez lui, une femme qui pourrait être sa mère et qui le persécute. L'enfant qui exerce une grande séduction sur la femme, tente de la pousser au suicide ou à l'esclavage. Un homme arrive qui se cache sur l'île. Il semble être le prolongement adulte de l'enfant... (www.premiere.fr/film/La-ville-des-pirates)



Giorgino dit :
merci Théa . . .


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
Les artistes nous quittent à qq heures près mais ne se ressemblent pas. J'ai mis une séquence sans violence, car il y en en qui sont dures.Cette femme qui semble errer entre 2 mondes est émouvante.


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
Dans une autre séquence que je mettrai peut-être ds la nuit on sent son amour de la peinture : clins d'oeil à à Hopper, Max Ernst, Maya Deren, Magritte... J'aurais aimé un extrait de "La vie de Gustav


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
Klimt" avec John Malkovitch, grand acteur s’il en est, mais sa durée, une heure, m’a fait hésiter. Qui plus est ce n’est pas traduit en français.Dommage./J'ai suivi sa dernière oeuvre sur ARTE,en mai


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
"Les Mystères de Lisbonne " Somptueux ! Beau comme une lumière noire. Un pur diamant.


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
merci M'sieur GG ! LOl


posté il y a 400 semaine


Danydijon dit :
très émouvant merci théa!!


posté il y a 400 semaine


Phatrist dit :
magnifique.. merci théa


posté il y a 400 semaine


Nusch dit :
Tristesse au coeur de l'été... L'extrait choisi est superbe. Soudaine envie de revoir ses films et d'en découvrir. Merci Thea... Bonne soirée !


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
Dany, son oeuvre est immense et son art de la mise en scène , du décor, est maîtrisé. Je ne connais pas tout de lui mais j'ai envie d'en savoir davantage, il est fascinant; De tels êtres ne passent


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
pas inaperçus ! Bonne fin de soirée.A plus tard.


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
Intelligence, érudition, talent , Phatrist "En 1983, il tourne en dix jours pour un budget dérisoire Bérénice de Racine. Il en fait, dit-il «un mélodrame mexicain». (Figaro)


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
même émotion, Nusch, même désir de découverte."Tout chez lui est multiple, complexe, protéiforme, tout se métamorphose, apparences fausses, simulacres, reflets qui s'enfuient"Le Figaro


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
"En 2004, il était revenu dans son Chili natal pour tourner Journées à la campagne:rencontre fantomatique du présent et du passé, autoportrait tremblé où on entend ces phrases typiques de Ruiz: Vous avez rêvé ou vous êtes en train de rêver?


posté il y a 400 semaine


Thea dit :
ou encore: «Tout ce qui vous passe par la tête se réalise ». Pour lui, «la condition de l'homme est d'être un zombie».(Figaro)Ces déclarations le dépeignent et expliquent son oeuvre.


posté il y a 400 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES