Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 10
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Avec « Tournent les violons » J.J. GOLDMAN nous invite à la Fête !


Le 25 octobre 2011 à 05:34

Rubriques : Voix d'aujourd'hui


Fils d'immigré juifs polonais, Jean-Jacques Goldman, né le 11 octobre 1951, apprend très tôt le violon, puis le piano. A 14 ans, il est choriste dans la chorale de l'église de Montrouge, 'Les Red Mountain Gospellers'. En 1968, il abandonne ses études de musique classique et apprend la guitare. Il joue alors avec différents groupes, dans les bals et les discothèques. En parallèle, il continue sa scolarité normalement et obtient le baccalauréat en 1969 avant de poursuivre des études de commerce à l'EDHEC de Lille de 70 à 73. La rencontre avec deux guitaristes d'origine vietnamienne, Khanh et Taï, est décisive. Ils créent ensemble le groupe Taï Phong (' Grand Vent' en vietnamien) et sortent trois albums. Goldman se lance ensuite dans une carrière solo et sort son premier titre en 1981, 'Il suffira d'un signe', qui se vendra à près de 500 000 exemplaires. Les albums s'enchaînent et ses chansons deviennent à chaque fois de véritables tubes. En 90, il poursuit son aventure musicale avec Michaël Jones et Carole Fredericks avant de revenir à une carrière solo. Participant régulièrement à diverses manifestations anti-racistes et caritatives, dont le concert des 'Enfoirés' (organisé par les Restos du Coeur), dont il a écrit l'hymne, il reste pourtant réticent à toute médiatisation. Il a ainsi su se faire une place de choix au sein du paysage musical français, étant un de ces rares artistes dont les chansons sont sur toutes les lèvres.

EVENE







Tournent les violons

 

Grande fête au château il y a bien longtemps
Les belles et les beaux, nobliaux, noble sang
De tout le royaume on est venu dansant


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons



Grande fête aux rameaux et Manon a seize ans
Servante en ce château comme sa mère avant
Elle porte les plateaux lourds à ses mains d'enfant



Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons



Le bel uniforme, oh le beau lieutenant
Différent des hommes d'ici blond et grand
Le sourire éclatant d'un prince charmant



Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons



Redoublent la fête et les rires et les danses
Manon s'émerveille en remplissant les panses
Le bruit, les lumières, c'est lui qui s'avance



Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons


En prenant son verre auprès d'elle il se penche
Lui glisse à l'oreille en lui frôlant la hanche
"Tu es bien jolie" dans un divin sourire


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons


Passent les années dures et grises à servir
Une vie de peine et si peu de plaisir
Mais ce trouble là brûle en ses souvenirs


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons


Elle y pense encore et encore et toujours
Les violons, le décor, et ses mots de velours
Son parfum, ses dents blanches, les moindres détails


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons



En prenant son verre auprès d'elle il se penche
Lui glisse à l'oreille en lui frôlant la hanche
Juste quatre mots, le trouble d'une vie
Juste quatre mots qu'aussitôt il oublie


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons


Elle y pense encore et encore et toujours
Elle y pense encore et encore et toujours


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons


Tournent les vies oh tournent les vies oh tournent et s'en vont
Tournent les vies oh tournent les violons

 

 




Thea dit :
"Juste quatre mots, le trouble d'une vie/Juste quatre mots qu'aussitôt il oublie "Deux destins qui se croisent et ne vivent pas la même chose en même temps.Elle, elle vit avec ses 4 mots et lui les


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
oublie dix secondes après ! Vielle, flûte traditionnelle, violons médiévaux et l'orchestre du bal, l'orchestre de la cour.Cette musique marque bien la scission entre 2 mondes : le peuple(servante)


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
et celui des nobles (le lieutenant). Quelques mots, quelques images, et tout est dit avec la musique. C'est très beau.


posté il y a 398 semaine


Danydijon dit :
merci théa, pour cette chanson entraînante dès le matin...j'ai le peintre chez moi il chantait en même temps.......je n'ajoute rien d'autre car tes commentaires sont ceux que j'aurais ajouté...


posté il y a 398 semaine


Danydijon dit :
je la repasserai dans la journée...


posté il y a 398 semaine


Giorgino dit :
une des très belle chanson de Monsieur Goldman , merci Théa . . .


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
Dany si je fais chanter et siffloter peut-être les peintrres de bon matin, me voilà ravie ! Passe, repasse, la chanson et son interprète sontr tjrs la ! Bonne jrnée à toi.


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
oui, tu l'as dit GG, mais je pense que ttes les chansons de JJ Goldman sont intéressantes... On a envie de conciure, avec celle-ci par un avertissement :"si tu t'imagines, fillette, fillette"


posté il y a 398 semaine


Kabry64 dit :
Superbe plongeon Théa dans cette époque où les violons tournaient pour les possédants et les nantis . Mais que la fête était belle !!!!Très belle chanson sur rythme de tarentelle !!!


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
très beau plongeon ds ce passé, Kabry,au rythme de la tarentelle, en effet. Ce clip est semblable à une enluminure. Il s'en dégage quelque chose. Et l'âme des violons conduit le bal !!!


posté il y a 398 semaine


Nusch dit :
Ce clip est sensible et touchant... J.J. Goldman est un chanteur réservé, doté d'une belle noblesse. Il y en a très peu dans le monde de la chanson, surtout à sa génération. Merci Thea !


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
Je suis bien de ton avis, Nusch. Il a un nom lourd à porter, je n'ai pas voulu en faire allusion ici. Ma fille aînée aimait bcp "Comme toi" :Elle n'avait pas 8 ans, elle s'appelait Sarah" à Varsovie


posté il y a 398 semaine


Phatrist dit :
en effet superbe chanson interprétée par ce chanteur si délicat et sensible et de plus tres bon compositeur...merci du partage théa


posté il y a 398 semaine


Thea dit :
une chanson dont je ne me souvenais pas, Phatrist, mais vraiment réussie :voix, accompagnement et personnalité discrète de l'artiste qui, comme le dit Nusch, a bcp d'élégance physique/morale


posté il y a 398 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES