Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 7
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


THEO ANGELOPOULOS, cinéaste, « l’esthétique du non-dit" du « hors champ »


Le 25 janvier 2012 à 05:41

Rubriques : ENTRACTE


… tel qu’il définissait lui-même son travail. Ce lundi après-midi du 24 janvier 2012 il tournait son dernier film L'autre mer dans une rue périphérique d'une banlieue du Pirée. En la traversant durant le tournage, il a été renversé par un motard. Sous le choc, graves blessures crâno-encéphaliques, une hémorragie interne et plusieurs fractures. Transporté d’urgence dans un hôpital privé, il a succombé à ses blessures vers 22h40 âgé de 76 ans.

J’ai choisi cet article signé Thomas Baurez (l’Express.fr), intitulé : « Cinq choses à savoir sur Theo Angelopoulos »

 

« Mal aimé, raillé mais célébré, le cinéaste grec laisse une oeuvre politique et poétique.

Theo et la politique

Theo Angelopoulos est né à Athènes le 27 avril 1935. Ses débuts de réalisateur se confondent avec l'instauration de la dictature dite des colonels débutée par un coup d'Etat en avril 1967 qui va plonger le pays dans un brouillard politique jusqu'en 74. Son premier long-métrage

La reconstitution (1970) critique indirectement les institutions en place et leur aveuglement face à la réalité d'un crime. Dès lors, l'engagement politique du cinéaste se fera de plus en plus visible. Ainsi l'ensemble de son oeuvre évoque le déracinement, les crimes d'Etat, l'absence de liberté... Angelopoulos définissait lui-même son style comme une "esthétique du non-dit". En effet, chez lui, l'horreur se situait toujours hors-champ comme pour mieux la mettre à distance et réfléchir déjà à l'après. 

(Vidéo : musique du compositeur grec Mikis Theodorakis( Né en 1925) pour illustrer cet extrait de "La suspension Étape de la Cigogne "(1991) réalisé par Theo Angelopoulos avec Marcello Mastroianni et Jeanne Moreau.)

 







Theo et l'éternité

Le film le plus abouti de Théo Angelopoulos est peut-être L'éternité et un jour (Palmé en 1998) tant il constitue l'aboutissement d'une oeuvre où politique, utopie et métaphysique du temps se confondent pour dessiner un nouveau territoire. Le cinéaste, comme tous les grands avant lui, a essayé de se réapproprier l'espace et le temps pour nous redonner à voir. Nous suivons ici les dernières heures d'un écrivain qui entreprend un ultime voyage pour "sauver" un jeune Albanais de la pauvreté et du déracinement. Dans ce road-movie nostalgique qui dresse une peinture magnifique des sentiments, Angelopoulos s'interroge sur le devenir des civilisations. 

Theo et la France

En 1961, soit six ans avant que s'installe en Grèce la dictature dite des colonels, Theo Angelopoulos quitte sa terre natale pour la France. Il s'inscrit tout d'abord à la Sorbonne pour y étudier la philosophie et le cinéma. En 62, il entre à l'IDHEC (l'ancienne Femis) dans le but avoué de devenir cinéaste. Mais son indépendance d'esprit, son anticonformisme et son caractère irascible s'accordent mal avec la maison qui le met à la porte illico. De retour en Grèce, il devient un critique de cinéma influent. Il signe son premier court-métrage en 1968:

L'émission. Il dirigera en 1991 Jeanne Moreau dans Le pas suspendu de la cigogne

Theo et la reconnaissance

C'est en 1980, que Theo Angelopoulos est définitivement identifié sur la carte du cinéma mondial. Son cinquième long-métrage Alexandre le Grand, l'histoire d'un bandit dans la Grèce du début du XXe siècle, est récompensé par la presse à la Mostra de Venise. Son Voyage à Cythère, oeuvre matricielle des films contemplatifs à venir, est célébré par cette même presse au festival de Cannes en 84. Il obtient en 88, le Lion d'Argent à Venise pour Paysage dans le brouillard, puis le Grand Prix au festival de Cannes pour Le regard d'Ulysse en 95. Enfin, c'est la consécration avec la Palme d'or pour L'éternité et un jour, film fleuve sur la fin d'un homme et plus sûrement d'un monde. 

Theo et les éléments

Dans les premiers instants du Regard d'Ulysse, Grand Prix du Festival de cannes 1995, on peut entendre ce discours poétique proféré par un chauffeur de taxi dont la voiture peine à progresser sur une route enneigée des Balkans: "Moi, la neige, je lui parle depuis 25 ans. La neige me connaît. Je me suis arrêté parce qu'elle a dit non. La neige, il faut la respecter." Derrière ce mysticisme se cache une profession de foi. Angelopoulos le Grec, né presque sur la mer, a toujours célébré les éléments. Sa caméra aura ainsi tenté inlassablement de sonder les forces invisibles à l'écran. Harvey Keitel son Ulysse, ira comme hier son Alexandre le Grand, ses comédiens voyageurs ou encore son Apiculteur, au bout d'une terre sacrée et nue comme au premier jour du monde, y poser un ultime regard."  

 

 

 

 

 




Thea dit :
Un cinéaste déroutant, dérangeant, non-conformiste,qui vient de nous quitter brutalement et qui laisse une oeuvre très riche que ns n'avons pas fini de décrypter je pense.Je n'ai pu scinder l'article


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
qui lui est consacré sur le site l'Express, ts les mots sont importants et loin des biographies habituelles!J'ai vu, il y a longtemps le film dont un extrait en vidéo mais je ne saurais vs le résumer


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
phoos :2)le voyage des comédiens 1979/3)Le pas suspendu de la cigogne 1991/4)L'éternité et un journ palme d'or à Cannes 1998/5)Le regard d'Ulysse 1995/Th.Angelopoulos en plein tournage


posté il y a 421 semaine


Nusch dit :
Merci Thea... Je connais mal ce cinéaste mais l'extrait de film que tu as choisi me donne envie de découvrir son oeuvre. Je te souhaite une bonne journée !


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
Merci Nusch. Sais-tu que je pensais à ce que tu avais écrit la veille à propos du hors champ(avec l'Ikebana)??? Certes, il ne fait pas des films faciles mais je 'lai découvert il y a qq années et là,


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
j'ai très envie d'en savoir davantager. Arte diffusera lundi 30 janvier son dernier fims "L'éternité et un jour"; je viens de lire une interview de lui datant de 1995. Il y parle de son regard visuel


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
5 lignes de texte pour un plan de 10 mn 30 sec.De la Grèce, de son obsession des voyages, du mouvement,etc. Bref, c'est qq'un de fascinant qui fut veilleur de nuit ds les hôtels et balayeur à Orly en


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
1960 pr vivre et ouvreur à la Cinémathèque pr apprendre, découvrir, tjrs.Ds l'1 de ses films il fait dire à son personnage principal :"Parfois il faut se taire pour écouter la musique derrière l


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
le bruit de la pluie. » Et le journaliste de conclure :"C'est le silence des images qui, dans ses films, leur donne un sens."Tout est résumé. Je pourrais en parler des heures... Bon jour à toi


posté il y a 421 semaine


Kabry64 dit :
Merci Théa pour la qualité de tes recherches et la variété des univers que tu nous proposes celui ci est captivant et je serai devant ARTE pour m'impreigner de ce cinéaste


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
merci à toi Kabry. Les recherches et leurs fruits sont toujours enrichissants personnellement d'abord, pour le partage ensuite. Chacune et chacun y "cueille"ce qui lui convient... J'aime la musique


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
de Theodorakis, cet autre artiste grec, compositeur, que le ou la vidéaste y a mise en accompagnement. Je remercie cette personne au passage.


posté il y a 421 semaine


Danydijon dit :
merci théa de cette vidéo,moi je ne le connaissais que de nom....il est mort le jour de mon anniversaire merci de nous faire partager tes découvertes théa


posté il y a 421 semaine


Thea dit :
Il ne faisait pas de films faciles, dany, on l'a bcp raillé, mais il suivait son idée, son chemin, hors des sentiers battus, sans jamais dévier ni céder à la facilité justement.Il croyait en son art


posté il y a 421 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES