Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 11
Les nouveaux membres : 4
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Quotidien secret des marins naufragés dans « La MER pour MEMOIRE»


Le 22 septembre 2009 à 05:19

Rubriques : Mots-miroirs


copie peinture de naufrage

Ambiance sous-marine dès l’entrée de l’exposition. De ce panorama vidéo des naufrages sur les côtes du Grand Ouest, j’ai retenu les visages de ces hommes d’équipage, de ces marins, de ces femmes de marins en vigie sur les falaises et les ports. 







Instruments de navigation, chronomètre, sextant, cartes marines, canons chargés en batterie, sabres, longs clous à tête carrée…Et puis  :  flacon de parfum,  pièces de monnaie,  lingots d’or, bourses de cuir,  boucles de ceinturon, poignées d'épée, boutons de chemise,  peignes, jeu de dés,  perles de verroterie,  chaussure en cuir, pointure 38, morceau de bas,  une pipe et son étui, un clystère d'étain …Plus loin de la vaisselle intacte ou morcelée en faïence de Delft, dont le bleu si particulier m’a rappelé les tableaux des peintres hollandais. Couverts rouillés, gobelets, porcelaines, thé, chaudrons, cuisinière...Emerge des flots le quotidien émouvant d'une microsociété, condensé de tous les corps de métier sur les navires des temps anciens. Comment on vivait à bord, comment on travaillait, comment on  sculptait, polissait et créait, dans l'os ou dans le bois, comment on mourait. Comment on faisait l’art du commerce et de la guerre, verroteries et cotonnades avec l’Afrique.

 

J’ai été touchée par cette évocation simple de la vie ; celle qui animait jadis des échanges commerciaux florissants, allumait la mèche des canons et les joyeux banquets des marins. Le quotidien secret de ces hommes que la mer un jour a emportés, négligés par l'écrit, oubliés par l'histoire, était là. Je les ai vus rêver, travailler, chanter, danser… Ni vivants, ni défunts, seulement des hommes de la mer sous le regard du dieu marin tout doré et  amputé qui nous surprend et sonde les abysses entre deux rangées de vitrines.

Exposition admirablement scénographiée… des coursives de navire en bois ont été reconstituées, agrémentées de bruitages de grincement de bois… saisissant. Pour un grand frisson, il faut se rendre face à un canon dans son entrepont, sabords ouverts donnant sur l’océan…Des effets spéciaux : une vidéo, du son et des jeux de miroirs vous propulsent dans un combat naval d’une autre époque.

Avec des enfants et leurs parents je me suis essayée aux manœuvres pour hisser la voile, soutenue par un chant de marins « Jean-François de Nantes » sous forme de karaoké. Un régal !

Les épaves sont des sortes de machines à rêve et l'exposition touche du doigt ce que les archives et les carnets de bord ne diront jamais.


le dieu marin

ustensiles divers

cuisinière

chaussure en cuir



Thea dit :
tout ça me fait penser au poème de V.Hugo que ns apprenions à l'école : "ô combien de marins, combien de capitaines".Voir ces objets du quotidien d'hommes oubliés est émouvant.


posté il y a 543 semaine


Janocli dit :
Le tableau me fait penser à un semblable qui illustre la bataille de Trafalgar!


posté il y a 543 semaine


Thea dit :
C'est fort possible, j'ai repris l'illustration de la plaquette de l'expo et il n'y a aucune indication


posté il y a 543 semaine


Thefie dit :
très belles image et très belle chanson j' en ai pleuré , merci


posté il y a 542 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES