Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 15
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Rétro, EDDIE CONSTANTINE nous entraîne avec : « L'enfant d’la balle ! »


Le 3 avril 2014 à 04:45

Rubriques : Voix oubliées/ méconnues


Les danseurs de la vidéo sont Ginger Rogers et Fred Astaire)

 

Large sourire, cheveux gominés et trois pièces immaculés, Eddie Constantine a ravi toute une génération par la séduisante désinvolture affichée dans ses films de série B. Fils et petit-fils de chanteurs d'opéra, émigrés de Russie, il reçoit très tôt une formation musicale. Né le 29 octobre 1917, près d'Hollywood - ville de tous les espoirs déçus et des gloires éternelles, Eddie Constantine se fait un nom en devenant un crooner américain dans les années 40, mais sa carrière patine. Ni une ni deux, il s'expatrie en France et entame cette fois sa vie professionnelle dans les films de série B, où son accent américain apporte un certain exotisme.

 

Il tourne 'La Môme vert-de-gris', où gangsters, cigarettes et petites pépés bon ton amusent le public qui sort des années noires de la seconde guerre mondiale. Très vite, Eddie Constantine prend ses marques : de ses débuts d'acteur maladroit, il devient à l'aise devant la caméra et impose son look, smoking blanc, panama et rictus joyeusement moqueur rappelant Sinatra. Parmi ses succès cinématographiques, on compte 'Ces dames préfèrent le mambo', 'Nick Carter va tout casser', 'Du rififi chez les femmes', 'Le Grand bluff', 'Les Femmes s'en balancent', 'L' Homme et l'enfant' et surtout 'Alphaville', de Jean-Luc Godard et aux côtés de la belle Anna Karina. Mais les époques changent et Eddie Constantine est une nouvelle fois amené à plier bagages pour l'Allemagne où il compte retrouver la splendeur de son succès qui s'étiole en France. Là, il tourne sous la direction de Fassbinder dans 'Prenez Garde à la sainte Putain' en 1971 et autres films - 'Le Monde sur le fil', 'La Troisième génération', 'Les Monstres sont toujours vivants' - et téléfilms. Eddie Constantine comptabilise au total non moins d'une centaine de rôles. Après une dernière apparition dans 'Tokyo nu Kyujitsu', il meurt d'un arrêt cardiaque en 1993.

source EVENE

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit :

Tous droits réservés

crédit photos : cdandlp.com/ allmusic.com/ dansemonnot.com/ theredlist.com/ glamamor.com/

 







Un enfant d’la balle

 

Mon paternel qui n´avait pas les pieds plats
M´a appris le shimmy, les claquettes et caetera
Et m´a dit : " Pour gagner ta pitance
La danse
Y a qu´ça "
Mon naturel, moi, c´est d´être obéissant
J´ai suivi ses conseils, mon métier je l´ai dans l´sang
Et ma vie c´est la vie des artistes
En piste
Tout l´temps!

Un enfant de la balle
Ça fait ses malles
Et ça s´trimballe
Partout
N´importe où
Un soir à Rome le lendemain à Calcutta,
J´ai pas l´temps, croyez-moi, d´admirer l´panorama
Je gambille le samedi le dimanche
Les planches
C´est ça.

Il nous arrive tout de même
Qu´une fille nous dis : " Je t´aime!
Mais lâche ta vie de Bohème! "
Tant pis!
Je lui dis...
Mon paternel qui n´avait pas les pieds plats
M´a appris le shimmy, les claquettes et caetera
Et m´a dit : " Pour gagner ta pitance
La danse
Y a qu´ça "

C´est bon l´amour mais le boulot quand on l´oublie
Le public n´attend pas que l´on soit sorti du lit
Des fois que j´attraperais devant la rampe
Une crampe...
Merci!
Un enfant de la balle
Ça fait ses malles
Et ça s´trimballe
Partout
N´importe où.
Des fois, bien sur, j´ai envie de laisser ça,
D´arrêter l´horizon pour y bâtir ma maison,
Mais voilà, quand on fait trop de rêves
On crève
De ça!

Un enfant de la balle
Ça fait ses malles
Et ça s´trimballe
Partout
N´importe où.
Et quand viendra un beau jour le grand départ
Pour très loin dans un coin ou s´arrête le dernier car
Je dirai : " J´ai rempli mon programme...
Sieurs, dames, Bonsoir! " {x2}

 


Thea dit :
On se souvient de son look, smoking blanc, panama et rictus joyeusement moqueur rappelant Sinatra. On se souvient de ses films dont" La Môme vert de gris", assez bon enfant, de ses chansons comme :


posté il y a 272 semaine


Thea dit :
"Cigarettes, Whisky et P'tites Pépées " générique du film du même nom sorti en 1959, etc etc.Crooner américain ds les années 40, il fut souvent l'affiche ds divers rôles de mauvais garçon.A revoir


posté il y a 272 semaine


Giorgino dit :
Lenny Caution , merci Théa . . .


posté il y a 272 semaine


Phatrist dit :
tres bon acteur aussi je me souvient des "leny cochun" pardon pas le temps de chercher l'orthographe merc théa de nous surprendre tous les jours moi en diletante beaucoup de travail..mais je reste....


posté il y a 272 semaine


Phatrist dit :
......fidèle aux visites et comm.......


posté il y a 272 semaine


Thea dit :
Oui, on se souvient du célèbre Lenny, GG. Jamais vulgaire : la classe ! L'élégance avec un rien de gouaille . A plus tard l'ami


posté il y a 272 semaine


Thea dit :
J'ai vu aussi bcp de ses films Phatrist, et l'ai tjrs apprécié car il a su rebondir tout en entretenant son image de crooner aux USA. A la fois le dur (ds les films car dans la vie il détestait ça !)


posté il y a 272 semaine


Thea dit :
et à la fois tendre et sentimental. Un grand artiste éclectique qui a marqué son époque avec son look et son fameux "accent" qui firent aussi son succès c ar personne ne lui ressemblait; je passe peu


posté il y a 272 semaine


Thea dit :
ne t'inquiète pas, je te comprends, ayant aussi un emploi du temps bien chargé. Merci de votre visite à tous les deux.A demain.*****


posté il y a 272 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES