Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 14
Les nouveaux membres : 5
Anniversaires aujourd'hui : 2

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


ROBERT DOISNEAU le « pêcheur d’images »…


Le 24 juin 2014 à 04:35

Rubriques : PHOTOGRAPHIES


« Le Baiser de l’hôtel de Ville » a fait le tour du monde… Les écoliers en blouses grises, bérets et galoches, les cousettes, les petits bistrots, les filles avec rubans dans les cheveux et longues chaussettes, les pique-niqueurs, chemise blanche/cravate, indéfrisables et mises en plis, les « hirondelles » à vélo et les épiciers aux grands tabliers… les passants, baguettes de pain sous le bras.  Les poussettes, tandems, landaus. Les p’tits meublés et loges de concierges sur cour, les balades au bord de la Seine, l’accordéon… 

C’est Paris-Montmartre, Paris-St Germain des prés, Paris-village …  Humour et  tendresse."

© Thea 

Robert Doisneau  ( 1913/1994), prolifique représentant du courant de la photographie humaniste, se définissait comme un « pêcheur d'images ». Influencé par l'œuvre d'André Kertesz et d'Eugène Atget, il photographie l'anecdote inattendue, la petite histoire. Ses photographies noir et blanc des rues de Paris d'après guerre et de sa banlieue lui offrent une renommée mondiale.

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00052471.htm

Tous droits réservés

Crédit photos :doisneauparis.wordpress.com/ esateliersdusoleil.fr/autocult.fr/ jlggb.net/4 «Les bâtisseurs Chimériques» images inédites de Robert DOISNEAU chateauluneville.cg54.fr/







Célèbre pour ses clichés d'écoliers et de passants, comme le couple s'échangeant Le Baiser de l'hôtel de Ville, son œuvre est cependant beaucoup plus vaste, de la photographie documentaire à la photographie de mode.

Après des études d'arts graphiques à l'école Estienne, il est formé à la photographie par André Vigneau. Il voyait en elle le medium idéal qui allait lui permettre de fixer, pendant ses promenades dans Paris, la vie de la ville.

De 1934 à 1939 il est photographe industriel aux usines Renault à Billancourt.

Après guerre il devient photographe indépendant pour l'agence Rapho.

En 1947, sa rencontre avec Robert Giraud marque le début d'une longue amitié.

Robert Doisneau publiera une trentaine d'albums dont La Banlieue de Paris en 1949, avec des textes de Blaise Cendrars.

De 1949 à 1952, il travaille pour le magazine Vogue. Cette collaboration lui ouvre les portes de la jet-set, milieu qu'il affectionne peu, et lui offre aussi l'occasion d'un portrait d'Orson Welles. Doisneau a également immortalisé Giacometti, Fernand Léger, Picasso, Georges Braque…

En 1951 il est l'un des cinq photographes français exposé au MoMA, aux côtés de Henri Cartier-Bresson, Willy Ronis, Izis et Brassaï.

Son travail photographique a été récompensé à de nombreuses reprises : le prix Kodak en 1947, le prix Niépce en 1956, le Grand Prix National de la Photographie en 1983, le Prix Balzac en 1986. En 1992, une rétrospective lui est consacré au Musée d'art moderne d'Oxford.

Les films Le Paris de Robert Doisneau (François Porcile, 1973) et Bonjour monsieur Doisneau (Sabine Azéma, 1992) lui rendent hommage.

Sources : www.photographiz.com/biographie/robert_doisneau


Thea dit :
Courte rétrospective de l' immense travail d'un photographe dont les photos ont fait le tour du monde ! Nous en connaissons tous quelques unes, du Baiser de l'hôtel de ville (qui aurait été mis en


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
scène, ai-je lu il y a longtemps)aux écoliers en classe, aux poulbots des rues et portraits d'artistes. Oeuvre f'une grande fraîcheur et tendresse avec une pointe d'humour. Bon partage.


posté il y a 263 semaine


Danydijon dit :
merci du partage théa.............scènes de la vie courante en noir et blanc des années 50!!!un peu mon époque aussi!!!


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
j'aime bcp ces photo en noir et blanc? Dany. Certaines me rappellent celles que prenait mon père ds les années 50, à la fois comme correspondant de Ouest-France et à la fois en tant que père de


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
famille. Je pense à mes frères jouant ds la petite rue, en blouses grises et culottes courtes, cheveux coupés en brosse ! A eux, mes soeurs et moi, dans la cour de la maison.A maman en tablier,


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
essorant son linge au-dessus d'une bassine et le posant à cheval sur des tréteaux avant de l'étendre. Papa aimait faire des photos de tous les jours, sans poses, nous surprenant ds nos jeux ou travaux


posté il y a 263 semaine


Danydijon dit :
et les lavoirs municipaux!! que de souvenirs!!!


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
aussi, Dany ! Le lait qu'on allait chercher dans un bidon à... lait en aluminium ! le beurre qui se vendait à la motte et que la crémière coupait à la demande, etc. Merci de ta visite, amie.


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
Doisneau,pêcheur et "croqueur" d'images .De belles images...Merci Thea,pour les belles photos et les souvenirs.J'ai été élevée en ville mais j'ai aussi des souvenirs de ces images du quotidien je vois


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
ma mère dans la cuisine mais beaucoup à la couture,faire et raccommoder nos vêtements jusqu'aux chausson.Père s'occupait des chaussures.Mais Mlle Sara (comme lui appelait père)détesté les tabliers et


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
dès qu'on frappait à la porte elle accrochait son tablier dans la poignée et changeait chaussons par chaussures toujours à l'entrée,arrangeait ses cheveux en disant "un élégant"j'arrive.Quelques rires


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
car ce n'était que père ou un de nous enfants.Je connais les lavoirs à présent par curiosité car ça devait être le lieu de vie préféré des femmes ou on lavait le linge sale au propre et figuré du mot.


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
Mère et grand-mère n'allaient pas au lavoir.Une dame prenait le linge à la maison et le ramenait en fin de semaine emportant à nouveau un autre sac,le prix étant payé à la pièce draps,napes chemises ,


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
serviettes,pantalons ou chemises avait des pris différents.Un autre monde pourtant il n'y a quelques dizaines d'années.J'ai pris des photos d'un lavoir à Evora tout près des remparts,d'autres existent


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
encore du moins les emplacements,mais dans les rivières... Je viens de voir dans le palace une expos de photos en noir et blanc du début au milieu du siècle dernier par un photographe de la ville ...


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
Les lavoirs, effectivement,Fleur, étaient des lieux où se disaient bcp de choses ! Ma mère n'y est jamais allée, du moins si oui,avant son mariage.Ma gd-mère paternelle lavait à la rivière.Ns l'avons


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
accompagnée quand ns étions en vacances. L'été bien sûr.Elle emportait le linge dans une brouette.Une fois lavé il séchait sur les buissons ou sur l'herbe et nous rentrions avec le linge propre.


posté il y a 263 semaine


Fleurchampetre dit :
Si tu racontes ça à tes petits enfants ils vont te dire que ce n'est pas vrai.Puis ça ne les intéresse pas.Seule chose intéressante c'est le prix des ordi,téléphone portable,consoles de jeux etc...


posté il y a 263 semaine


Thea dit :
pas tous Fleur,détrompe-toi.Les miens s'y intéressent bcp et me croient!Ils n'ont ni ordi ni tel portable,ni consoles de jeux! Les jumeaux 13 ans en sept.la suivante 11 ans,les loulous bb


posté il y a 263 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES