Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 11
Les nouveaux membres : 4
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


ROBIN WILLIAM, le mythique « ô capitaine ! mon capitaine » du Cercle des Poètes disparus


Le 14 aout 2014 à 02:59

Rubriques : ENTRACTE


Sait-on ce que cachent les murs des belles et grandes demeures comme celle occupée par Robin Williams et son épouse ? Le geste désespéré de l’acteur nous interroge.

 


« On lit ou on écrit de la poésie non pas parce que c'est joli. On lit et on écrit de la poésie parce que l'on fait partie de l'humanité, et que l'humanité est faite de passions »

 

Robin Williams, Le Cercle des poètes disparus (1989), écrit par Tom Schulman

 

Ce « Ô capitaine ! mon capitaine» *enjoignait ses élèves de profiter de la vie avec la devise carpe diem, qui a résonné pour toujours aux oreilles de tous ceux qui ont vu ce film à la fin tragique.


Robin William  a tout joué : un père travesti en nounou excentrique, un DJ militaire irrévérencieux, un professeur de littérature rebelle, un tueur... Robin Williams a joué pendant quarante ans en virtuose toute la partition du rire aux larmes jusqu'à être emporté par ses démons.

Né à Chicago en 1951, Robin Williams racontait qu'il était un garçon timide qui pouvait faire rire sa mère en imitant sa grand-mère. Il est devenu plus ouvert à l'école secondaire quand il s'est inscrit dans une troupe de théâtre. Il a été accepté à l'académie Julliard où il a suivi plusieurs cours avec un seul autre élève, Christopher Reeve. Leur professeur était John Houseman qui l'a encouragé à devenir comédien.

Pour Robin Williams, la vie ressemblait à ses séances quotidiennes de course sur le pont Golden Gate. (...) Il était toujours intense en entrevue. En 1989, au cours d'un entretien avec l'Associated Press, il pouvait à peine rester assis. Il n'a pratiquement pas parlé du film dont il devait assurer la promotion, préférant discuter des liens entre la comédie et l'univers.

Avec son regard perçant et un visage à l'impressionnante plasticité, semblant toujours en équilibre instable entre le rire et les larmes, le comédien a exploré tout le registre des émotions humaines.

Il était connu pour sa capacité unique à imiter les accents et à modifier sa voix, qu'il a prêté au génie dans l'Aladdin de Disney, ou qu'il hurle dans son micro de DJ son inoubliable «Gooooooood morning Vietnammmmmm!», alors qu'il incarnait un militaire rebelle dans le film de Barry Levinson

Ce qu'est Williams ne peut disparaître, il avait conscience que son destin dépassait sa propre personne. Il a été le porte-voix et la conscience de toute une époque. Un lion ne meurt jamais, il dort.

 







« Le cercle des poètes disparus" (1989) est un film de Peter Weir, écrit par Tom Schulman,  qui a marqué plusieurs générations d'adolescents et d’adultes.


Synopsis :

 

Todd Anderson, un garçon plutôt timide, est envoyé dans la prestigieuse académie de Welton, réputée pour être l'une des plus fermées et austères des États-Unis, là où son frère avait connu de brillantes études. 
C'est dans cette université qu'il va faire la rencontre d'un professeur de lettres anglaises plutôt étrange, Mr Keating, Robin Williams, qui les encourage à toujours refuser l'ordre établi.

 

Les cours de Mr Keating vont bouleverser la vie de l'étudiant réservé et de ses amis...

A la fin du film les étudiants décident enfin de se révolter.

 

 Extrait du film :

« On lit ou on écrit de la poésie non pas parce que c'est joli. On lit et on écrit de la poésie parce que l'on fait partie de l'humanité, et que l'humanité est faite de passions. La médecine, le commerce, le droit, l'industrie sont de nobles poursuites, et sont nécessaires pour assurer la vie. Mais la poésie, la beauté, l'amour, l'aventure, c'est en fait pour cela qu'on vit. Pour citer Whitman : « Ô moi ! Ô la vie ! Tant de questions qui m'assaillent sans cesse, ces interminables cortèges d'incroyants, ces cités peuplées de sots. Qu'y a-t-il de bon en cela ? Ô moi ! Ô la vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe, et l'identité. Que le prodigieux spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. Que le prodigieux spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime... Quelle sera votre rime ?

Robin Williams, Le Cercle des poètes disparus (1989), écrit par Tom Schulman

D'autres extraits :

http://youtu.be/kSaXfuh_NkEhttp://youtu.be/Ye_Mu_Qvq9Ahttp://youtu.be/scDxBzTr6sc


Thea dit :
Il m'est difficile de choisir une scène plutôt qu'une autre de ce film culte.Aussi ai-je mis quelques liens à la fin.Ce film m'a bcp marquée de par son sujet bien sûr et la performance de R. Williams


posté il y a 257 semaine


Thea dit :
par son humanisme et sa tragédie. J'y ajoute celle des jeunes acteurs exceptionnels qui l'entourent. Toutes les émotions passent sur leurs visages. Un film à revoir.Diffusé ce soir sur HD 20.


posté il y a 257 semaine


Locoum dit :
Merci Dame Thea pour cet hommage à l'acteur dont la disparition nous bouleverse. Je me permets d'ajouter ce lien rendant compte de l'évolution des jeunes acteurs l'entourant dans le film.


posté il y a 257 semaine


Locoum dit :
http://www.google.com/search?client=safari&rls=en&q=cercle+des+poètes+disparus+acteurs&ie=UTF-8&oe=UTF-8


posté il y a 257 semaine


Thea dit :
Merci Dame Locoum. Oui, cette disparition et ds ces conditions tragiques nous bouleverse et on ne trouve pas les mots sur le moment pour exprimer ce que ns ressentons. J'ai jeté un oeil sur le lien


posté il y a 257 semaine


Thea dit :
que je lirai. Ns connaissons au moins l'un de ces jeunes interprètes qui est l'ami et confident du fameux Dr House à la TV. Je me documenterai sur l'auteur de "ô capitaine !"


posté il y a 257 semaine


Locoum dit :
Oh Thea, il n'y a rien à lire. Ce ne sont, en tête de page Google, que les visages des acteurs du film. Mais on doit pouvoir, en effet, suivre leur parcours depuis leur premier film pour la plupart.


posté il y a 257 semaine


Locoum dit :
... d'entre eux.


posté il y a 257 semaine


Thea dit :
bien sûr, Locoum.Je l'ai constaté en allant voir les sites en question. / la dernière compagne du comédien révèle qu'il avait un début de maladie de Parkinson. Nvelle qui n'a pas arrangé sa dépression


posté il y a 256 semaine


Fleurchampetre dit :
Tant de véhémence et don pour les mots...Grand pouvoir de conviction et séduction dans cette émouvante scène ... Homme sensible est souvent=homme fragile ... Merci Thea pour l'hommage ...


posté il y a 256 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES