Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 8
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 3

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Ma vieille 68-TARDE !


Le 5 novembre 2009 à 06:30

Rubriques : Parcours


ma vieille 68-tarde

On se croise quelquefois dans la penderie, mais ces jours-ci, ça m’a fait un sacré coup ! 41 ans, tu penses ! Vrai, tu me surprendras toujours, tu te portes bien pour une quadra ! Emue, je t’ai ressortie, ai glissé mes bras dans tes manches, lissé ton encolure, exploré tes poches, n’y ai trouvé qu’un vieux kleenex en bouchon. Pfff, même pas d’époque ! Pas intéressant !

Puis je t’ai immortalisée pour la première fois. Tu le mérites bien.

Cette année-là on reprenait la chanson de Boris Vian "Le Déserteur" écrite en 1954 contre la guerre d'Indochine.







Toi et moi, une vieille histoire, hein ? Oh, on pourrait se vanter, affabuler, raconter comment on a dressé des barricades ensemble, déterré et lancé des pavés, défilé dans les meetings. On pourrait, t’as le cuir assez élimé pour ça. Au col, aux coudes, aux poignets… Des cicatrices partout, une doublure bien amochée. Avec des si et des ceci et des cela, et des oui mais,  on  pourrait berner tout le monde mais à quoi ça servirait, je me le demande.


Notre rencontre, quant à elle,  est autrement plus symbolique pour nous. Ca passe par la radio, encore.


Début des années 60. Max-Henri Cabridens anime régulièrement des émissions variées depuis les studios de Radio Armorique à Rennes. Il lit à l’antenne les critiques et les poèmes que je leur envoie. En parallèle, l’écriture radiophonique me passionne et me fascine depuis mes débuts de jeune scénariste dans les émissions « Interdit aux plus de seize ans » & «Jeunesse  oblige » sur la chaîne parisienne (1954/1957). J’écoute le plus de pièces possible. Afin d’en décortiquer les rouages et de comprendre comment ça fonctionne de l’intérieur. J’en écris. Puis je me lance ! Scénario, découpage et dialogues. Max-Henri Cabridens, à qui je confie l’une d’entre elles en 1967 se montre particulièrement intéressé et la transmet au responsable des programmes. Surprise : la pièce est acceptée, un contrat signé. Je n’en reviens pas ! J’assiste aux enregistrements dans les studios rennais avec mon mari et notre aînée. Je fais la connaissance d’Anges Gilles, le réalisateur venu de Paris, un Monsieur très « vieille France », qui fut représentant de l'Union des arts de la radiodiffusion et de la télévision. Première surprise : Ange Gilles me fait le baisemain ! Seconde surprise : découvrir la face inconnue de mes mots mis dans la bouche des personnages prenant vie avec les comédiens. Percer ensuite les arcanes des techniques élémentaires du bruitage, de la prise de sons etc… Un beau cadeau dans ma vie, loin -si loin ! - de l’artistique.
 

Et MAI 68 dans tout ça ? La programmation !  Le 6 mai 68 « L’Enfant et l’affiche » passe sur les ondes à 20h35. Durée 90 minutes. Seulement,  en raison des évènements de MAI 68, la pièce n’a pas l’audience et les retombées qu’elle aurait peut-être connues à un autre moment de l’Histoire.

 

Et toi, ma vieille copine 68-tarde, tu es le fruit des cachets que j’ai perçus. Et le début d’un long compagonnage.


Sous-station dit :
J'étais trop jeune à l'époque mais j'aimais la même chanson" le déserteur" reprise par les Sunlights


posté il y a 537 semaine


Giroflee dit :
68-harde! Quel cachet!


posté il y a 537 semaine


Thea dit :
Reprise par Mouloudji, Reggiani, Renaud et des tas d'interprètes. Ai privilégié Boris Vian, son créateur.


posté il y a 537 semaine


Thea dit :
68-harde, oh oui ! Toujours la classe avec les stigmates du temps. Que de souvenirs ! J'en connais qui me l'auraient bien empruntée à une époque. Une veste style "vintage" comme on dit aujourd'hui


posté il y a 537 semaine


Sous-station dit :
Ca je le comprends très bien; dans tes genres de publication à caractère historique cela s'impose de mettre "en avant" les originaux!


posté il y a 537 semaine


Thea dit :
les originaux ? d'une certaine manière, pour cette chanson, car Boris Vian est à la fois écrivain et musicien.Par contre, la pièce diffusée en mai 68 n'a rien d'historique sauf pour mon parcours perso


posté il y a 537 semaine


Sous-station dit :
Oui j'ai parfois un peu de mal à m'exprimer je le reconnais


posté il y a 537 semaine


Thea dit :
Je t'ai bien compris, ne te sous-estime pas, Sous-station.


posté il y a 537 semaine


Thea dit :
un copain a chanté hier" le déserteur"version originale de Boris Vian, en jouant de la guitare. C'était à un café-lecture tout nouvellement ouvert où nous allons intervenir au fil des mois.


posté il y a 536 semaine


Danyrev dit :
je n'ai pas de 68 des souvenirs comme les tiens mon fils de deux mois etait allergique aux laits maternisés qui ne manquaient pas en pharmacie il ne supportait que le gloria.la galère pour en trouver


posté il y a 536 semaine


Thea dit :
J'ai bien d'autres souvenirs...en accord avec le climat social et les luttes ouvrières


posté il y a 534 semaine


Missmarple dit :
De beaux souvenirs Théa. Une veste en cuir était parfois un rêve presque impossible et pouvoir concrétiser ce vêtement convoité grâce à un cachet, impossible d'oublier cela.


posté il y a 534 semaine


Yaelle dit :
"Je m'en vais déserter.." Que de fois j'ai repris ce vers !


posté il y a 513 semaine


Evy44 dit :
Oui cette veste que de souvenirs tu dois avoir avec ...Un ptit bonjour a toi Théa


posté il y a 487 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES