Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 17
Les nouveaux membres : 3
Anniversaires aujourd'hui : 7

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


J-E.LABOUREUR peintre graveur nantais au Château des ducs de Bretagne


Le 18 janvier 2015 à 05:24

Rubriques : Peintres


(C’est la seule vidéo trouvée. Perso je n’aurais pas choisi cette chanson de Piaf
pour l’illustrer mais je n’avais pas le choix. Ou alors désactiver le son…)

 

Du 17 janvier au 26 avril 2015, le Château des ducs de Bretagne à Nantes, rend hommage au peintre-graveur nantais Jean-Emile Laboureur et à son œuvre réalisée durant la Grande Guerre.

 

« Jean-Émile Laboureur. Images de la Grande Guerre » est la première exposition exclusivement consacrée à la production artistique de cet artiste durant la Première Guerre mondiale. Mobilisé en 1914 en tant qu’interprète auprès des troupes alliées, Jean-Emile Laboureur s’est mis à représenter le conflit dès 1915 sur le front d’Artois puis à partir de 1917 à la base américaine de Saint-Nazaire.

Il a créé de nombreuses gravures qui lui valurent le titre de « l’artiste le plus pénétrant de la guerre » (dixit le poète Guillaume Apollinaire). Ce succès d’estime s’explique par sa remarquable maîtrise des techniques de gravure, alors très en vogue, et par son style graphique original et moderne.

«Ce qui est intéressant, c’est de voir de quelle manière un artiste parvenait à s’adapter aux conditions et à poursuivre son activité malgré la guerre», raconte Gaëlle David, commissaire de l’exposition.

« En outre, son regard distancié - il illustrait le conflit essentiellement en arrière plan - offre un témoignage tout personnel emprunt d’une certaine légèreté. Il ne voulait pas montrer l’horreur, le sentimentalisme ou le patriotisme mais plutôt la vie des soldats en dehors des combats ».

Cette rétrospective, organisée dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, présente ainsi une centaine de documents d’archives (peintures, dessins, estampes, correspondances…) afin de (re)découvrir cet artiste local.

Plus d’infos : www.chateaunantes.fr

 

© www.nantes.fr/home/actualites/ville-de-nantes/culture/.../laboureur.html

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/Tous droits réservéscrédit photos : artvalue.fr/ © chateaunantes.fr/ artvalue.fr/PIASA,Paris






Qui est Jean-Émile Laboureur ?

Peintre-graveur, Jean-Emile Laboureur est né à Nantes le 16 août 1877.(…) Doué de talents précoces pour le dessin, le jeune Emile - il n'adoptera le prénom de " Jean-Emile " qu'en 1904 lors d'un séjour aux Etats-Unis - part pour Paris en 1895. Officiellement inscrit en licence de droit, il s'intéresse essentiellement au monde de l'art. Présenté au graveur Auguste Lepère par l'industriel et mécène nantais Alphonse Lotz-Brissoneau, il rencontre également Toulouse-Lautrec, et réalise ses premières gravures.

Après plusieurs séjours à l'étranger à partir de 1899 (Allemagne, Amérique du Nord puis Grèce et Turquie), il revient en France en 1912 où il fréquente Guillaume Apollinaire et Marie Laurencin. Il évolue alors vers un style " cubisant " qui s'affiche dans les grandes planches de 1913 comme Le café du commerce. En 1914, Laboureur est mobilisé.

Si la guerre retarde et contrarie ses projets, elle n'interrompt en rien son activité créatrice comme le démontre cette exposition au Château des ducs de Bretagne. 

Porté par le succès, Laboureur déploie alors une activité multiforme. De 1920 à 1938, il illustre soixante-six livres ainsi que trente-neuf frontispices et de nombreux dessins et vignettes, sans renoncer aux planches individuelles de libre inspiration. L'organisation de ses propres expositions ne l'empêche pas de fonder le groupe des Peintres-Graveurs indépendants de 1923, de présider le Comité de l'art français indépendant en 1929 et d'être membre de plusieurs sections de l'Exposition internationale de 1937. La même année, il décore le bureau de Léon Jouhaux à la Maison du Travail, et réalise une fresque pour l'Ecole de navigation de Paimpol. En 1938, il participe à la création du Comité national de la Gravure française.

 


Laboureur passe ses dernières années, marquées par la maladie et la guerre, dans sa maison de Pénestin (Morbihan). Il y meurt le 16 juin 1943. Le catalogue de son oeuvre établi par son fils Sylvain a permis de répertorier, outre l'oeuvre peinte, 1728 gravures, dont soixante-quatorze séries de gravures ou de dessins pour des livres illustrés ainsi que des frontispices, vignettes et illustrations diverses. 

 

© www.nantes.fr/laboureur-jean-emile -

 


Thea dit :
J'ai hâte de "découvrir" cet artiste que je ne connaissais pas à mon arrivée à Nantes. Je reparlerai de cette exposition, de mon ressenti.En attendant, voici une approche de son talent. Bon dimanche**


posté il y a 243 semaine


Danydijon dit :
merci pour cette découverte Théa,j'avais entendu parler de cet artiste, mais n'avais jamais vu une de ses oeuvres


posté il y a 243 semaine


Thea dit :
Merci de ton passage, fidèle Dany.J'irai certainement voir l'expo consacrée à ses oeuvres.J'ai hâte de les admirer. J'en parlerai.A plus tard


posté il y a 243 semaine


Fleurchampetre dit :
Je viens seulement de voir et lire .J'apprends des choses sur Jean-Emile Laboureur . Sa création dans le monde de l'art fut féconde ... Merci Thea


posté il y a 243 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES