Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 16
Les nouveaux membres : 0
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


UMBERTO ECO, figure intellectuelle majeure de l’Italie, vient de nous quitter


Le 22 février 2016 à 02:56

Rubriques : Des AUTEURS, des MOTS


« Croisant le savoir  de l’érudit et la liberté de l’écrivain, Umberto Eco est également romancier » écrit le Monde.

 

Et le Figaro :

« Philosophe, écrivain et essayiste, Umberto Eco se disait prisonnier de Le Nom de la rose. Ce premier roman, écrit tardivement, paru en 1980 chez Fabbri-Bompiani, connaît un succès considérable. Cette enquête policière au sein d’une communauté religieuse au XIVe siècle, traduite en une quarantaine de langues et adaptée au cinéma, lui assura une notoriété quasi universelle."

 

En mai 2015, à la sortie de son dernier livre Numéro Zéro, , traduit de l'italien par Jean-Noël Schifano, Grasset, on peut lire, toujours dans le Figaro :

« Je pense qu'au lieu de perdre beaucoup de temps à publier des potins, les quotidiens devraient consacrer ne serait-ce que deux pages par jour à faire une analyse critique des sites Internet. À dire à leurs lecteurs quels sites sont fiables ou non. Ce serait une façon d'éduquer les lecteurs. Ce trop-plein d'information, ce bruit généralisé, voilà le grand drame! »

© extrait interview du Figaro en mai 2015 pour son livre : Numéro zéro

 

Dans l’Express, à la même date :

« Avec Numéro Zéro, Umberto Eco entend mettre en exergue les liens ambigus existant entre la presse et le pouvoir. Comme il l'écrit dans son roman, "il n'est pas dit qu'être directeur [d'un média] signifie savoir écrire". Le sémiologue et lauréat du prix Alphonse-Allais 2015 épingle également sans vergogne les mauvaises pratiques des journalistes de base, allant des poncifs mal utilisés aux obscures techniques d'influence pratiquées. De plus, selon lui, "la théorie du complot est une maladie très répandue" dans le monde moderne où la surabondance médiatique annihile le bon sens. »

www.lexpress.fr/.../umberto-eco-s-en-prend-au-monde-des-medias-dans-..

 

Pour blog  et Illustration  compo perso :  détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000htm.Tous droits réservés

Crédit photos :akeupnews.eu/ralentirtravaux.com/plus.google.com/samlor-livre.eklablog.com/







Biographie d'Umberto Eco

Umberto Eco, (5 Janvier 1932/ 19 février 2016) ,débute sa carrière comme assistant à la télévision avant de se tourner vers l'édition. Il réalise notamment une histoire illustrée des inventions. Quelques années plus tard, Eco devient directeur d'une collection d'essais philosophiques. Maître incontesté de la sémiotique, il obtient une chaire dans cette spécialité à l'université de Bologne, puis devient par la suite titulaire de la chaire européenne au Collège de France. S'imprégnant de la communication de masse, il découvre quelques nouvelles tendances : le "kitsch", les vedettes du petit écran... et s’en inspire pour quelques-unes de ses oeuvres dont La Guerre du faux. Ses recherches l'amènent même à se pencher sur des phénomènes propres à la civilisation contemporaine : le football, le vedettariat, la mode, le terrorisme... Son credo "voir du sens là où on serait tenté de ne voir que des faits" lui permet d'élaborer une sémiotique générale où il aborde la notion de "lecteur modèle", qui serait capable d'interpréter les non-dits du texte. En 2009, Umberto Eco est artiste invité du musée du Louvre. L’occasion de rendre hommage au talent de l’auteur du best-seller, Le Nom de la rose. Le philosophe et écrivain italien est le lauréat, pour l'ensemble de son oeuvre, du facétieux prix Alphonse Allais 2015, distinction humoristique annuelle décernée pour célébrer l'esprit de l'écrivain français, maître de l'absurde.

© EVENE


Thea dit :
Un érudit facétieux (prix Alphonse Allais 2015) nous a quittés ! Très juste son analyse des liens ambigus entre la presse et le pouvoir. Thème de son dernier ouvrage "Numéro Zéro". Ciao Professore !


posté il y a 186 semaine


Sapience dit :
Son premier roman "Le nom de la rose" l'a subitement projeté au sommet de la renommée. Le film avec Sean Connery dans le rôle de Guillaume de Baskerville a passionné des milliers de spectateurs.


posté il y a 186 semaine


Phatrist dit :
merci théa de rendre hommage a ce grand monsieur oui romans quand on les commencent moi je vais au bout..le nom de la rose j'ais vu le film 2 fois il n'y a pas beaucoup de génies comme lui par siècle.


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
Sapience, ce 1er roman, comme il le précise en interview, l'a quelque peu emprisonné mais la notoriété acquise aura fait connaître et apprécier ses autres ouvrages. Son analyse de l'ambiguité entre


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
pouvoir et presse, avec l'impact non négligeable d'Internet et de la propagation des infos en surdose, est très juste. Il avait bcp d'humour aussi, on le voit dans les extraits interviews en vidéos


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
Phatrist, Le nom de la rose,je l'ai lu, ai vu plusieurs fois le film également,y prends plaisir et y découvre tjrs du nouveau. Il dénonce les fanatismes de tous poils et de tous bords avec cette


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
interdiction de "rire". Le tout à la sauce polar moyenâgeuse très subtile et pleine de rebondissements ! C'est captivant. Bonne fin de journée à vous, amis et visi teurs.


posté il y a 186 semaine


Sapience dit :
Citation d'Umberto Eco entendue ce soir à la radio dans une séquence littéraire qui lui était consacrée :


posté il y a 186 semaine


Sapience dit :
À propos de football "Je n'aime pas le tifoso parce qu'il a une caractéristique étrange : il ne comprend pas pourquoi vous ne l'êtes pas, et s'obstine à vous parler comme si vous l'étiez."


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
J'ai lu cette citation. Et je relève celle-ci, tirée de Le nom de la rose : "Le livre pourrait enseigner que se libérer de la peur du diable est sapience" !! "““Tu n’élimines pas le rire en éliminant le livre.”


posté il y a 186 semaine


Sapience dit :
Hélas ! Ceux qui ne croient pas que le "diable" est partout n'ont qu'à regarder autour d'eux surtout en ce moment. Ce serait une preuve de sagesse que de vouloir chasser le mal partout où il se trouve


posté il y a 186 semaine


Sapience dit :
Le diable de Jacques Brel Il y a toujours un peu partout Des feux illuminant la terre ça va Les hommes s'amusent comme des fous Aux dangereux jeux de la guerre ça va... À écouter et à méditer


posté il y a 186 semaine


Thea dit :
Qui n'en est pas convaincu doit ouvrir les yeux et les oreilles.


posté il y a 186 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES