Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 15
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Comment allez-vous, belle MARQUISE ?


Le 10 novembre 2016 à 05:32

Rubriques : Mots-miroirs


Une vieille carte postale aura suffi pour aiguiser ma curiosité. Je ne sais d’où elle provient, je l’ai dénichée dans un dossier avec quelques documents.  Elle représente un dénommé Jean Gilletta (1856-1933) photographe de son état, fièrement juché sur son tricycle de Dion-Bouton, vers 1900. Cet artiste, dont j’ignore tout, est un mythe de la Côte d’Azur et de la Riviéra m’apprend Google. Intéressant !

 

J’imagine ces élégantes, chapeaux fleuris, voilettes, ombrelles ou parapluies. Assises derrière le chauffeur , casquette, épaisses lunettes et long manteau...

 

Mais voyons ce fameux tricycle :

De Dion-Bouton est à l'origine de l'essor de l'automobile. C’est un constructeur français d'automobiles de qualité et de moteurs de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle fondé en 1883 par le comte puis marquis nantais Jules-Albert de Dion, le fabricant de jouets scientifiques Georges Bouton et son beau-frère Charles-Armand Trépardoux, est à l'origine de l'essor de l'automobile. L'entreprise s'implanta rapidement à Puteaux au quai National, renommé plus récemment quai De Dion-Bouton.

Georges Bouton meurt en 1938 ; Albert de Dion, en 1946.

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm.Tous droits réservés

Crédit photos : forum-auto.com/ universalis.fr/ fr.wikipedia.org







Et La Marquise ?

Tricycle De Dion à vapeur datant de 1884 et baptisé 'La Marquise »

L’histoire des premières automobiles est passionnante, l’homme a longtemps cherché un moyen de se mouvoir qui s’affranchirait de la force humaine ou animale. Grâce à de nombreux inventeurs, l’automobile a pu naître bien avant le moteur a explosion, preuve en est avec la De Dion Bouton La Marquise datant de 1884. 

De Dion Bouton La marquise (1)

La Marquise.

De Dion Bouton La marquise (2)

             Ce quadricycle est le second véhicule de la jeune entreprise et est bien plus sophistiqué que leur premier tricycle. Tout d’abord, la De Dion Bouton La Marquise possède deux roues motrices à l’avant (La traction existait bien avant les années 1930 !) dont le diamètre était plus grand que celui des roues arrières. Pour mouvoir ce petit véhicule, un moteur bicylindre à vapeur crée le mouvement, et le transmet aux roues au travers d’une transmission par courroie qui a tendance à patiner, mais qui fait tout de même avancer la voiture.

              La chaudière est alimentée par du charbon, du bois ou du papier selon les disponibilités de son propriétaire, mais la voiture n’est pas fonctionnelle de suite : une bonne demi-heure est nécessaire pour que la chaudière soit à sa température de fonctionnement. Une fois celle-ci atteint, la Marquise peut s’élancer sur les routes, elle aurait atteint la vitesse de 60km/h en 1887 lors d’une course de démonstration qui voit la voiture parcourir 30km à la vitesse moyenne de 40km/h, avec Georges Bouton comme pilote. Cet exploit, réalisé entre le pont de Neuilly et le bois de Boulogne pourrait être la première course automobile… si Georges Bouton n’avait pas été le seul participant !

De Dion Bouton La marquise (3)

               La Marquise de De Dion Bouton arrive à une époque où l’automobile n’était encore qu’au stade d’embryon, si la chaudière permet d’atteindre de bonnes performances, tout le reste est à inventer pour donner à la voiture une tenue de route qui permettraient d’exploiter correctement cette puissance : la voiture n’est pas équipée de suspension, le pneumatique n’est alors qu’un doux rêve et dispose seulement de roues métallique à ses débuts, qui sont ensuite bandées de caoutchouc. Ces roues avaient été réalisées par l’entreprise de vélos Renard Frères qui était toute proche des ateliers de Trépardoux et Cie. Quant au châssis, celui-ci avait été réalisé à partir de tubes en acier, une solution que De Dion-Bouton conserva durant de longues années.

L’automobile allait naître, le moteur a explosion est inventé quelques années plus tard, le comte De Dion s’intéresse à cette invention et met son entreprise sur le développement d’une telle motorisation (...)La dénomination devient De Dion-Bouton à partir de cette année, le constructeur allait devenir l’un des plus importants au monde jusque dans les années 1900. Quant à La Marquise, cette voiture a été conservée et est encore aujourd’hui en état de fonctionnement, mais ce n’est pas la plus ancienne voiture encore existante : le fardier de Cugnot existe encore, tandis qu’un véhicule à vapeur anglais de 1875 est encore en état de rouler aujourd’hui.

Sources : Wikipédia et http://lautomobileancienne.com/de-dion-bouton-

la-marquise-1884


Thea dit :
Petit rétro sur un air d'accordéon, de musette, pour assister au défilé des "belles" ancêtres automobiles lancées par Dion-Bouton. A une époque où on construit des voitures électriques, d'autres sans


posté il y a 167 semaine


Thea dit :
chauffeur... où l'avenir de l'automobile continue sa révolution, il est bon de regarder dans le... rétroviseur du début du siècle dernier, avec tendresse et humour. Bon... voyage en automobiles


posté il y a 167 semaine


Phatrist dit :
oui tu as raison c'était l'époque du balbuciment pour l'automobile joli reportage théa merci pour ce merveilleux partage et un petit air d'acordéon ne fait pas de mal


posté il y a 167 semaine


Thea dit :
Accordéon, musette, les p'tits bals en guinguette, un autre art de vivre pour le peuple qui travaillait dur : cousettes, modistes, femmes de chambre, ouvriers d'usine et tous les petits métiers..


posté il y a 167 semaine


Thea dit :
Ce petit peuple-là ne pouvait s'offrir de telles automobiles et devait en rêver quelquefois. On pense à eux également en voyant ces ancêtres de voitures dont dispose M. Toutlemonde aujourd'hui


posté il y a 167 semaine


Crucidef dit :
Les voitures et les belles femmes étaient déjà utilisées pour la "réclame" Maintenant la télévision est polluée de telles pubs. Beau plongeon dans la "car-société" de l'époque.


posté il y a 167 semaine


Thea dit :
Merci de ta visite, Crucidef. Oui, femmes et belles bagnoles vont de pair pour les "réclames" d'alors, et les pubs d'"aujourd'hui. J'ai aimé ce plongeon dans cette société du début du XXème...


posté il y a 167 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES