Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 6
Les nouveaux membres : 4
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


Pierre BAROUH (1934-2016) infatigable voyageur et passeur de chansons


Le 9 janvier 2017 à 05:21

Rubriques : Voix d'aujourd'hui


Il vient de nous quitter.

 

Brésil, Japon, et toujours ces échappées en Vendée ( cf la vidéo) où fut accueilli, pendant la guerre, l’enfant qu’il était, fils d’émigrés juifs, venus de Turquie.

 

Une voix douce, un immense sourire, un passionné des rencontres de la vie qui firent sa richesse . Un homme discret. « Qui, à l’heure où l’on crache une biographie comme un noyau de cerise, s’excuse presque d’avoir mis vingt-cinq ans à écrire le livre de ses rencontres ! Les rivières souterraines  2011, À vos pages éditions » est-il écrit dans son blog.


Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/00000000.htm. Tous droits réservés

crédit photos : /telerama.fr /toutelaculture.com /brazil-on-guitar.de /free-scores.com /

 







Pierre Barouh a quitté " sa " Vendée

30/12/2016 05:35
Pierre Barouh.

Un moulin extraordinaire, lové dans le bocage vendéen. Pour Pierre Barouh, compositeur des plus grands, décédé mercredi à l'âge de 82 ans, c'était le moulin de son cœur. Dans ce coin de Vendée où ses parents, des immigrés turcs juifs de Levallois-Perret, envoyèrent leurs enfants pendant l'Occupation pour leur « éviter des impondérables », comme le disait pudiquement Pierre Barouh à son hôte. Il avait six ans : « J'étais à la Grêlerie, pas très loin du Boupère, chez Hilaire Rocher, qui avait deux fils. J'adorais cet homme. Mon frère était réfugié à la Limouzinière, et ma sœur à Montournais », racontait-il d'une voix émue, mais avec le sourire dont il ne se départait rarement : « On allait courir à travers champs, poser des collets, piéger des perdrix, ramasser des coulemelles ou à la pêche… » La Vendée ne l'a jamais quitté, et Pierre Barouh lui est resté fidèle, où il se posait entre un voyage ou un concert. S'y est-il promené sur « les chemins à bicyclette, avec Paulette… » ? La chanson fut écrite en 1969, pour Yves Montand, mais il y aura aussi « Les Ronds dans l'eau » pour Françoise Hardy, et bien d'autres. Et surtout « Un homme et une femme » (1966) : « Avec mon pote Jean-Louis Trintignant, Francis Lai et Nicole Croisille que j'avais présentée à Claude Lelouch, nous fûmes de l'aventure. Une scène avec Anouk Aimée fut d'ailleurs tournée au Boupère. C'est la première fois qu'on utilisait la chanson au cinéma ! », aimait à raconter le musicien. Chaba-da-bada, chaba-da-bada… Pierre Barouh fut le mentor d'Higelin, de Maurane et bien d'autres « jeunes talents », et créateur de « Saravah », basé à Nantes, le plus ancien label indépendant français qui marque ses 50 ans.

Dominique Michonneau





http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/12/30/Pierre-Barouh-a-quitte-sa-Vendee-2952741

 


Thea dit :
Son coeur en Vendée y était resté. D'où le choix de cette vidéo très touchante, sincère, simple comme l'artiste lui-même. Ah, les rencontres, ses rencontres ! Pierre les a vécues comme des richesses


posté il y a 140 semaine


Phatrist dit :
merci de mui rendre hommage et oui il écrit de tres belles chansons merci du partage théa


posté il y a 140 semaine


Thea dit :
Je trouve qu'on l'oubliait quelque peu, sa discrétion naturelle ne le portant pas à se faire valoir. Il mérite mieux. Mercie de ta visite, Phatrist.


posté il y a 140 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES