Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 18
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 2

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


La flûte enchantée de Mozart - 30 09 1791 - par Les marionnettes de Salzbourg 


Le 13 février à 11:49

Rubriques : Musique de toujours


30 septembre 1791 : Première de La flûte enchantée à Salzbourg. Reprise ici en 2012 par Les Marionnettes de Salzbourg, d'après l'opéra de Mozart, livret d'Emmanuel Schikaneder. Mise en scène de Gezah Rech, enregistrement réalisé sous la direction de Ferenc Fricsay. La Flûte enchantée et La mélodie du bonheur sont deux œuvres extraordinaires pour découvrir l'univers féerique des Marionnettes de Salzbourg.
Musique : "The Magic Flute : Overture" de RIAS Symphony Orchestra, Ferenc Fricsay, Rita Streich, Josef Greindl, Dietrich Fischer-Dieskau & Berliner Motettenchor

 

Les Marionnettes de Salzbourg :

Salzburg Marionette Theatre a été créé en 1913 et est l'un des plus anciens théâtre de marionnettes théâtres du monde. Il est basé dans la ville de Salzbourg,en Autriche.   La société fait de nombreuses tournées. A partir des années 1950 elle a commencé à utiliser les bandes sonores enregistrées pour des spectacles, à la place des acteurs et des musiciens en direct.  Aujourd'hui, le Théâtre de Marionnettes de Salzbourg effectue un large répertoire d'opéras, des ballets et des productions pour enfants et adultes, à l'aide de marionnettes.

Extrait : Wikipédia français et traduction

Du spectacle, Philip de la Croix, le Journal du Dimanche, écrira : « L’illusion est troublante parce que totale. On est emporté par la perfection des mouvements, la précision des gestes, la vérité des sentiments exprimés… »

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/xxxxxxxxxx/Tous droits réservés

Crédit photos :./ atelier-theatre-actuel.com / L'Express

lexpress.fr/ le timbre du 200e anniversaire de la mort de Mozart / origano.com ,l'affiche de la première représentation de la Flûte enchantée







1791 : Mozart compose son opéra des Lumières au milieu de mille difficultés : avant "La Clémence de Titus" et le "Requiem ». Du fond de la nuit où il a le sentiment de sombrer, il dit sa foi en l’homme. A sa manière: la bouffonnerie et la gravité s’entremêlant. (…) Mozart est seul à Vienne. Constanze est aux eaux de Baden, les meubles sont sous des housses, il a congédié la bonne. Pas d’argent. L’année précédente il est resté trois mois sans rien composer, touchant le fond de la détresse, l’ami Puchberg lui envoyait des aumônes, dix florins à la fois.

Mars 1791, dernier concert -mais peut-il le pressentir - ? Il y joue son Concerto en si bémol; il a passé le mois de février à composer des menuets et des contredanses pour le Carnaval. Le sentiment de n’être plus rien, de se survivre. C’est alors que surgit le projet de la Flûte: Schikaneder, un de ses Frères de Loge, veut un spectacle nouveau pour son public des faubourgs (…)

La Franc-maçonnerie vit alors son siècle d’or. Ce qui est sûr, c’est que Mozart est un maçon assidu et fervent .(…)

 

Cinq coups puis neuf

Le soir de la première, le 30 septembre 1791, tout est clair dès le début de l’ouverture. Tonalité: familière, mi bémol mineur, donc trois bémols à la clef (mi bémol ou la majeur -trois dièses-, c’est la couleur musicale des cérémonies). L’orchestre attaque par cinq accords (et non trois, comme disent certains commentaires), or cinq coups, c’est la batterie rituelle de l’initiation féminine (on la frappe dans ses mains). Ensuite l’harmonie devient confuse (chaos), un thème surgit allegro qui mène vers trois fois trois coups (batterie de l’initiation masculine).

Il y aura donc, comme le savent les maçons, deux royaumes rivaux : d’un côté la Nuit, la Lune, Isis; de l’autre le Jour, le Soleil, Osiris. Et Pamina passera d’un univers à l’autre. Et ce singspiel aux allures de fantasmagorie en carton-pâte de figurer un parcours, d’être une initiation.

Et une métaphore du combat pour la liberté. »

Extrait de : www.rts.ch › Radio › Espace 2 › L'humeur vagabonde

 


Thea dit :
Un pur joyau!Pleine page, c'est magnifique. Poétique, frais. On retrouve son âme d'enfant en regardant ces marionnettes Quel travail minutieux et talentueux ! Chut... ouvrons nos yeux et nos oreilles


posté il y a 5 semaine


Phatrist dit :
merveilleux quelle dextérité......et les costumes...!! voila un joli partage merci dame théa


posté il y a 5 semaine


Sapience dit :
Les marionnettes sont magnifiques,les décors, les effets sont à couper le souffle. Et que dire de ce chant, de ces voix . La ville de Strasbourg m'a laissé un souvenir impérissable. Merci Théa


posté il y a 5 semaine


Thea dit :
Dextérité, costumes, voix. Un bien beau spectacle qui nous ravit et nous apaise par ces temps troublés à tous points de vue. Merci de ton passage, Phatrist.


posté il y a 5 semaine


Thea dit :
Je suis aussi sous le charme, Sapience. C'est réjouissant à plus d'un titre, un tel spectacle enchanteur pour petits et grands.Heureusement qu'il y a encore des artistes créatifs, non formatés !


posté il y a 5 semaine


Sapience dit :
Je viens de m'apercevoir que j'avais écris la ville de Strasbourg au lieu de la ville de Salzbourg !tout cela à cause de ma vue qui ne s'améliore pas. De plus je ne suis jamais allée à Strasbourg :


posté il y a 5 semaine


Thea dit :
C'est amusant ce que tu me dis, Sapience, car j'avais lu "Salzbourg."dans ton commentaire. Mon cerveau a rectifié, ah la la ! Ns pouvons tous nous tromper, ce n'es pas grave. Bon WE


posté il y a 5 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES