Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 26
Les nouveaux membres : 1
Anniversaires aujourd'hui : 4

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


AGNÈS VARDA, LA REBELLE


Le 30 mars à 06:26

Rubriques : ENTRACTE


Un goût pour le violet, les imprimés à pois, la chevelure bicolore coupée au bol… Espiègle, intelligente et talentueuse. Magicienne de la photo et du cinéma. Curieuse insatiable, récompensée, nominée, elle aura marqué la Nouvelle Vague et le paysage culturel.  D’elle, j’ai vu, récemment, le si poignant « Sans toi ni loi » avec une jeune et prometteuse Sandrine Bonnaire, « Varda par Agnès ». Il y a quelques années : « Les plages d’Agnès Varda », « Les glaneurs et la glaneuse ». etc. Au revoir Madame Agnès VARDA. À Nantes et partout dans le monde, on ne vous oubliera pas.





Dans les pas de la cinéaste Agnès Varda à Nantes

En 2012, Agnès Varda installait ses créations autour d’«Une chambre en ville », dans le passage Pommeraye, pour le Voyage à Nantes.
En 2012, Agnès Varda installait ses créations autour d’«Une chambre en ville », dans le passage Pommeraye, pour le Voyage à Nantes. | ARCHIVES MARC ROGER

La cinéaste vient de mourir. Elle était très attachée à Nantes, ville découverte grâce à son mari, Jacques Demy. Visite et témoignages.

Le passage Pommeraye

Cher à Jacques Demy, qui y a tourné des scènes cultes de Lola ou Une chambre en ville, le passage Pommeraye a aussi inspiré Agnès Varda. Elle y est revenue pour Jacquot de Nantes , en 1991. « Ce décor est à la fois un hommage et une manière de rebondir, confiait-elle. Nantes, c’est l

’enfance de Jacques. Il venait au ciné-club dans ce passage. Ici, il a échangé son jeu de mécano contre sa première caméra. »

Agnès Varda lors du tournage de «Jacquot de Nantes». | ARCHIVES HÉLÈNE CAYEUX

Pour le Voyage à Nantes 2012, celle qui se présentait comme « une vieille cinéaste et une jeune plasticienne » reconstituait, dans le passage Pommeraye, la boutique de télés tenue par Michel Piccoli dans Une chambre en ville . Elle, imaginait aussi une chambre occupée pour évoquer les squats.

L’Hôtel de France

Agnès Varda est venue dans cet hôtel de la rue Crébillon pour la première fois avec Jacques Demy, en 1960, lors du tournage de Lola. « C’est toujours resté son repaire, même tout récemment, avec JR, confie notre confrère Yves Aumont, qui a côtoyé de près la cinéaste. Avec Alain-Pierre Daguin, journaliste à Presse-Océan , on était en quelque sorte sa régie locale. Quand elle est venue tourner Jacquot de Nantes , elle nous a appelés pour trouver des figurants et régler quelques détails. »  

C’était aussi sa halte sur la route de Noirmoutier, son refuge vendéen. Ses « coiffures impossibles » disaient d’elle « à quel point elle était libre, selon Yves Aumont. Agnès Varda était d’une très grande exigence, mais très chaleureuse aussi, qui vous envoyait des petits mots griffonnés ou une boîte de calissons d’Aix, comme si vous étiez de la famille ».

Le cinéma Katorza

« On a beaucoup travaillé ensemble avec Agnès Varda, témoigne Caroline Grimault, la directrice du Katorza. Elle est venue ici présenter nombre de ses films. Le dernier, c’est Visages Villages , tourné avec JR en 2017. C’est quelqu’un de très important qui disparaît. Une bricoleuse de génie dont les films sont bourrés de trouvailles cinématographiques. Humainement, elle avait ce côté facétieux, un contact immédiat avec chacun. Elle était aussi à l’aise avec Jean-Marc Ayrault qu’avec un SDF. »  

Le Katorza a décidé de diffuser, tout ce week-end des 30 et 31 mars, avant chaque séance, le petit message vidéo tourné par Agnès Varda et JR en 2017. « Nous pensions le garder pour les 100 ans du cinéma, en septembre, mais c’est une belle façon de lui rendre hommage. »

Agnès Varda, en 2017, lors de sa venue au Katorza avec JR pour « Visages Villages ». | KFORC

Agnès Varda était aussi une femme d’engagement.

https://www.ouest-france.fr › Pays de la Loire › Loire-Atlantique

 

Pour blog  et Illustration  compo perso : détenteur de copyright inscrit : http://www.copyrightdepot.com/cd47/000XXXXX.htm.Tous droits réservés

Clichés : Le Figaro /aVoir-aLire.com /Pinterest /LCI Agnès et J. Demy, 30 ans d’amour et de cinéma/Télérama

 

 

 

 


Thea dit :
Son téléfilm"Nausicaa" (1970) tourné pour la TV fut censuré par l'ORTF. Thème: une jeune femme d'origine grecque découvre des aspects troubles de la politique de son pays.Court extrait https://youtu.be/bWq7ShrCSeY


posté il y a 3 semaine


Sapience dit :
J'ai beaucoup aimé Cléo de 5 à 7 d'Agnès Varda avec Corinne Marchand et surtout la chanson du film sur la musique de Michel Legrand. Merci Théa pour ce bel hommage à Agnès Varda


posté il y a 3 semaine


Thea dit :
je partage ton ressenti à propos de ce film émouvant,chanson sur la musique de Michel Legrand qui a précédé Agnès Varda.Ouest-France lui consacre aussi sa dernière page.Nantes et Varda, une histoire


posté il y a 3 semaine


Thea dit :
d'amour depuis qu'elle est venue à Nantes pour le tournage de "Lola" de Jacques Demy le nantais. Elle revenait régulièrement ici, y tournant "Jacquot de Nantes"sur les lieux où vécut Demy.


posté il y a 3 semaine


Thea dit :
Arte a diffusé, hier, le film documentaire "Les plages d'Agnès."J'attends la diffusion de "Jacquot de Nantes" tourné ici, dans des lieux mythiques dont le passage Pommeraye.


posté il y a 3 semaine


Sapience dit :
J'ai regardé ce beau documentaire hier Théa et j'ai bien pensé à toi. Excellente idée qu'a eu Arte de programmer une rétrospective Agnès Varda et ce avant son décès. Moi j'attend aussi Cléo de 5 à 7.


posté il y a 3 semaine


Thea dit :
Très beau documentaire,en effet,Sapience.Je souhaite aussi revoir "Cléo de 5 à 7 "si émouvant.Vais guetter,après la diffusion de "Jacquot de Nantes"si cher aux Nantais.On revoit les lieux où il vécut


posté il y a 3 semaine






© 2003-2019 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES