Ecriture plurielle et passerelle

Présentement sur Amicalien
Les membres en ligne : 5
Les nouveaux membres : 2
Anniversaires aujourd'hui : 1

Connexion des membres


  Se souvenir de moi


BERNARD GIRAUDEAU et l’ENCRE des MOTS.


Le 23 juillet 2010 à 06:21

Rubriques : ENTRACTE


Bernard Giraudeau, comédien, avait aussi le goût de l’écriture et le talent. Implacable, la maladie, qui  l’a éloigné de la scène et des tournages, l’a amarrée à l’encre des mots pendant une dizaine d’années. Avec succès.

 

En vidéo : Rencontre avec l'acteur et écrivain Bernard Giraudeau qui a eu lieu à la librairie Dialogues, à Brest, le 28 juin 2009 à l'occasion de la parution de son roman Cher amour (Métailié).







Ouvrages publiés :

2001 Le Marin à l’ancre (Métailié)
2002 Contes d'Humahuaca (Métailié/Seuil)
2004  Les Hommes à terre ( Métailié)
2007 Les Dames de nage (Métailié)

2009 Cher Amour (Métailié)

 

Le Marin à l'ancre

 

 

Prix Encre Marine (2003)    

Prix littéraire des mouettes (2001)    

 

 

 

Roland est paralysé, cloué dans son fauteuil roulant. Bernard, lui, a été marin et court le monde. Pendant plusieurs années, il a écrit à son ami, le faisant ainsi participer à ses aventures sportives, théâtrales, cinématographiques et personnelles. Il a voyagé pour lui. Loin du tourisme et de l'autocomplaisance, ces lettres forment un récit hors du commun, mêlant les souvenirs du marin de dix-sept ans qui découvrait, dans l’innocence, le monde des ports et les femmes (la petite infirme de Diego Suárez, la prostituée de Kobe, la dame de Balboa...) aux réflexions et aux sentiments de l’homme qu’il est devenu. Et qui se cherche de la Transamazonienne à la Patagonie et à l’Afrique, sensible aux injustices, aux parfums, à la sensualité, aux femmes.

Chronique d’une amitié sans pathos qui rêvait d’une fugue aux Marquises, ces lettres nous révèlent un regard précis et original servi par le style à la fois brutal et lyrique d’un homme qui court par peur de tomber.

 

 

Contes d'Humahuaca (Métailié/Seuil), accompagné d'un CD (label Naïve) écrit, interprété et chanté par Bernard Giraudeau sous la direction musicale d'Osvaldo Torres.

 

Les Dames de nage

Trois amis, trois destins à la recherche de l'amour à travers le monde. Amélie l'amour d'enfance retrouvée, Mama l'initiatrice africaine, Jo, la vie et la liberté qui se partage, Marguerite qui s'en va après avoir fait un signe à travers la vitre, les femmes de Dikilou, la passagère oubliée sur le quai, Marcia le travesti qui voudrait tant être une femme... Autant de rencontres et de nuances dans les sentiments qui permettent à ces trois hommes de se construire, de chercher leur vérité. Et la fraternité, le voyage et l'aventure.

 

 

Dans son dernier roman, 'Cher amour', paru en 2009, Bernard Giraudeau, marin, écrit à une certaine Mme T. Il remonte le cours de ses voyages à travers le monde et raconte ses périples intérieurs vers de nouvelles expériences. En quête d'amour et d'aventures.

 

Ce livre est dédié à Tohra sa dernière compagne.

* sources : sites divers consacrés à ses ouvrages.

* lire une interview de lui au festival des étonnants voyageurs de st Malo  en 2009

www.evene.fr/.../bernard-giraudeau-cher-amour-dame-nage-2084.php

 



Thea dit :
J'ai lu "Les Dames de nage" mais il me faudrait le relire pour vous en parler car j'ai aimé cette belle et forte histoire.


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
Quant à "Cher Amour", je l'ai acheté au début de l 'été et n'en ai lu qu'une quarantaine de pages. Je vais reprendre le voyage avec le marin et l'inconnue qu'il veut séduire.


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
Il écrit : "Voyager, dit-on, on n'en revient jamais" et il a pris le large. Ai omis de parler de"Les hommes à terre"paru en 2004, je mettrai quelques lignes demain matin.


posté il y a 513 semaine


Diptyque dit :
Voyager, c'est vrai, on n'en revient jamais tout à fait, il y a la soif de toujours reprendre la route!


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
et cette soif-là est immense, Diptyque ! elle ne s'apaise jamais; Je crois qu'elle grandit avec les années. Pour moi en tous les cas !J'ai tjrs quelquer part mon bagage tout prêt. Vieille habitude .


posté il y a 513 semaine


Diptyque dit :
Idem pour moi? Et les bagages sont de plus en plus légers!


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
oui , ne suis jamais installée nulle part, ce que peu comprennent, et "l'encre des mots" prend peu de place tout en occupant un grand espace !


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
...et cet espace-là, c'est ma liberté !Et j'y tiens, et je la préserve.Je comprends ce que dit Giraudeau sur l'écriture.


posté il y a 513 semaine


Thefie dit :
merci de nous faire partager tout cela!!


posté il y a 513 semaine


Thea dit :
on ne peut qu'avoir envie de partager toutes les émotions de la vie, théfie.


posté il y a 513 semaine






© 2003-2020 Amicalien.com, Tous droits réservés.
CONTACT | CONDITIONS D'UTILISATION | PUBLICITE | PARTENAIRES